Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Etre aidant, être aidé

Dossier : les aides financières pour les aidants

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 21/01/2019

0 commentaires

La précarité a été retenue comme grand thème de la prochaine journée nationale des aidants, le 6 octobre 2019. Le point sur les quelques dispositifs existants.

C’est tout l’objet de la proposition de loi portée par la sénatrice Jocelyne Guidez : indemniser le congé de proche aidant, qui pour l’instant n’est pas rémunéré.

Pour rappel, ce congé instauré par la loi d’adaptation de la société au vieillissement de décembre 2015 concerne tout aidant salarié justifiant d’un an d’ancienneté et qui aide « une personne âgée ou handicapée avec laquelle il réside ou avec laquelle il entretient des liens étroits et stables, à qui il vient en aide de manière régulière et fréquente. Le salarié intervient à titre non professionnel pour accomplir tout ou partie des actes ou des activités de la vie quotidienne ».

Les salariés et les agents publics peuvent en revanche bénéficier de jours de repos donnés par leurs collègues, sous conditions.

Si l’aidant accompagne une personne en fin de vie, il peut également demander un congé de solidarité familiale, qui, lui, est indemnisé à hauteur de 55,93 € par jour pour une durée maximale de 21 jours, ouvrables ou non.

Autre option, devenir le salarié de son proche. Il ne s’agit pas d’une aide financière mais permet toutefois de tirer un revenu de l’aide apportée. Une possibilité ouverte aux aidants de personnes bénéficiaires de l’Apa (allocation personnalisée d’autonomie) ou de la PCH (prestation de compensation du handicap), encore une fois sous conditions.

En savoir plus sur les congés pour les aidants
En savoir plus sur les dispositifs financiers et avantages sociaux pour les aidants

Partager cet article