Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Etre aidant, être aidé

Edito : Les vieux et leurs aidants dans le grand débat

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 25/02/2019

0 commentaires

Pour une société où l’on peut vieillir debout

Ils sont plus vieux que les autres. Parfois ils se fragilisent, tombent malades, mais pas toujours.

Ils sont proches aidants. Ils s’investissent aux côtés de leurs plus âgés.

Ils sont professionnels de l’aide et du soin, aux différents domiciles, dans les établissements d’accueil.

Ils ont décidé de participer au Grand Débat dont les thèmes ne semblent pas croiser les enjeux sociétaux comme le vieillissement, la transition démographique, la révolution de la longévité.

Ils se regroupent, échangent et communiquent leurs attentes, leurs revendications.

Pour y participer : voir l’agenda d’agevillage (et notamment le 28 février le débat de l’Espace éthique sur le Grand Age à la mairie du IVème arrondissement e Paris, et le 12 mars prochain le débat du Collectif Je t’aide” à Ivry…)

« Pour une fois qu’on nous demande notre avis ! » tonnent les seniors de l’Open Lab, testeurs des solutions, des technologies sorties tout droit de têtes bien faites mais sans analyser suffisamment les bénéfices, les usages concrets, quotidiens. Voir aussi cette semaine les nouveaux objets connectés pour favoriser l’autonomie.

Ils sont aidants et aussi grands-parents.

Ils sont malades (voir cette semaine le programme Sophia pour les personnes diabétiques).

Ils sont atteints de pathologies parfois difficiles (comme les maladies neurodégénératives, neuro-évolutives comme Parkinson et ses thérapies alternatives).

Ils veulent transmettre, passer leur mémoire.

Ils veulent financer leurs initiatives (voir cette semaine les pistes de financements participatifs).

Ils ne veulent plus être complices de solutions qui ne leur conviennent pas. Ils saluent ces équipes bientraitantes, labellisées comme l’Ehpad La Neuville à Amiens, 1er Label Humanitude des Hauts-de-France.

Ces citoyens concernés par les enjeux du vieillissement, ces proches aidants, ces professionnels de l’aide et du soin ont trouvé porte close à l’Elysée la semaine dernière alors qu’ils venaient remettre 30 000 « cartes pétition » et 600 motions d’assemblées générales organisées ces derniers mois dans les EHPAD.

Après la consultation citoyenne pour prendre soin de nos aînés qui a réuni 415 000 participants, ils se remobilisent pourtant dans ce grand débat”.

Seront-ils écoutés ?

Partager cet article
Tags