Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Grand débat national : le collectif "Je t'aide" porte la voix des proches aidants

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 15/04/2019

0 commentaires

« Un vrai statut, un vrai salaire, des vraies cotisations retraite, une vraie sécurité sociale, une vraie reconnaissance, des vrais droits ! »

Le Collectif Je t’Aide est constitué de 15 structures, qui proposent de porter ensemble la voix des aidant.e.s. Il organise chaque année la Journée nationale des aidant.e.s et le Prix Initiatives aidant.e.s . Son plaidoyer, auprès des médias, des élus, des entreprises, s’est vu renforcé par une consultation en ligne à laquelle 270 répondant.e.s ont contribué et une rencontre le 12 mars dernier.
Les demandes des aidants en quatre grands thèmes.


La reconnaissance des aidant.e.s

Les proches aidants demandent la reconnaissance, la visibilité de leur travail” d’accompagnement de leur proche, avec l’ouverture de droits associés (retraite notamment). Ces aidants demandent à être représentés et entendus au sein du gouvernement (secrétaire d’état ?).

Ils demandent un vrai statut qui attesterait de cette reconnaissance et de ces droits.

Faciliter la vie quotidienne des aidant.e.s

Ils attendent un guichet unique qui centraliserait les informations, les droits, les aides, les recours et les soutiens (les bons gestes”) pour leur proche et pour eux ‑mêmes.

Ils attendent aussi que les services publics, les professionnels de santé soient sensibilisés à leurs réalités et simplifient les démarches.

A la tête de la PME familiale, les aidants ont besoin d’aides pour gérer, coordonner les intervenants à domicile et souffler, trouver du répit.

Enfin ils veulent rester en emploi et attendent que leur entreprise les soutienne dans leurs réalités qui pourront la servir aussi (valorisation des acquis de l’expérience d’aidant).

La justice fiscale

Les aidant.e.s engagent des frais importants (transports, soins, hébergements, interventions, équipements informatiques pour gérer les plans d’aide…) qui rendent service à la collectivité. Ils attendent une reconnaissance fiscale comme une demi-part supplémentaire, des crédits d’impôts et aussi le droit à l’erreur face aux complexités administratives.

La sensibilisation du grand public, des professionnels de santé, des élus

Parce que demain chacun.e sera aidant.e, le collectif souhaite une grande campagne interministérielle incluant y compris l’éducation nationale autour des jeunes aidants notamment.

Voir le détail des demandes sur le site du Collectif Je t’aide

Partager cet article

Sur le même sujet