Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Spécial été : La vieille qui conduisait des motos

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 05/08/2019

0 commentaires

Le récit d’une sexagénaire qui accueille la vieillesse avec le sourire !

Ancienne journaliste, Anne-France Dautheville a parcouru le monde dans les années 70, seule sur sa moto. A l’aube de son soixantième anniversaire, l’auteure décide de reprendre du service et se met en tête de faire un tour de France avec sa machine.


Ca faisait des années qu’Anne-France avait abandonné les deux roues aux profits de quatre, plus rassurantes. Sorte de pied de nez à la vieillesse, elle décide d’acquérir à nouveau une moto et d’aller rendre visite à ses amis à travers la France. 

J’ai soixante ans aujourd’hui. Ces soixante ans sont l’addition de tout ce que j’ai accumulé au cours de mes errances : arthrose des épaules, la droite surtout, à force d’atterrir sur la clavicule chaque fois que je tombe, arthrose du genou, cogné par le froid pendant trop d’années”.

Road trip plein de générosité et d’humour, La vieille qui conduisait des motos nous emmène sur les route de France pour un périple fantasque, rythmé par les souvenirs et les anecdotes d’une sexa pas comme les autres. 


Dédramatiser la vieillesse et ses tourments


Je suis vieille, en effet. Pleine de vie, mais vieille et cela me convient tout à fait”.

Ce récit est marqué par une joie de vivre communicative et apporte un regard enthousiaste sur la vieillesse”.

Une fois ce tour de France achevé, Anne-France se met en tête d’autres projets sur deux roues pour ses soixante-dix ans. 

Cependant ses nouveaux projets vont être contrariés par des imprévus de santé, combattus avec détachement et une farouche envie de vivre. 

Le cancer en question était un bon gros, paresseux comme une loche, incapable de me tuer, je l’ai su dès le début. Au lieu d’une chimiothérapie dévastatrice, je n’ai eu le droit qu’à un CDD de sept semaines en radiothérapie. Ce fut un voyage extraordinaire”.

Une fois la maladie évacuée, c’est une polyarthrite rhumatoïde qui vient ruiner les derniers espoirs de reprendre la route. Anne-France ne remontera plus sur une moto mais ne regrette rien.

Passer le peu de temps qui nous reste à pleurnicher, quel gâchis !

Commandez l’ouvrage en ligne
Partager cet article

Sur le même sujet