Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Alzheimer : aide aux aidants

Auteur Rédaction

Temps de lecture 4 min

Date de publication 23/09/2019

0 commentaires

Journée Mondiale de lutte contre la maladie d’Alzheimer

A l’occasion de la Journée Mondiale de lutte contre la maladie d’Alzheimer, les équipes du Groupe poursuivent leurs actions d’aide aux aidants et proposent aux proches de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer un RDV et quelques conseils pour faire face au quotidien.

Un rendez-vous pour les aidants :

Cette année, ORPEA est partenaire de la conférence « Rôle et place des familles en établissement », animée par Pierre Gouabault, directeur de l’EHPAD public La Bonne Heure, et Olivier Coupry, Fondation Médéric Alzheimer organisée le samedi 21 septembre de 14h à 15h dans le Village Alzheimer (qui se tient Place de la Bataille de Stalingrad à Paris 19è du 20 au 22 septembre 2019).

Quelques conseils pour soutenir les aidants :

La maladie d’Alzheimer est une maladie éprouvante pour la famille et les proches des malades, qui se trouvent souvent démunis face aux difficultés du quotidien, aux troubles inattendus du comportement, aux multiples interlocuteurs à rencontrer…
Il est primordial pour l’entourage familial de comprendre la maladie afin d’adapter son quotidien, organiser une prise en charge spécifique et s’entourer de professionnels qualifiés. Voici quelques conseils de la Direction Médicale du Groupe ORPEA :


1. Savoir repérer les symotômes :


Généralement, la maladie s’installe progressivement, presque insensiblement. L’entourage peut néanmoins commencer à s’interroger s’il note chez son parent des difficultés à :

  • mémoriser de nouvelles informations, 
  • effectuer des tâches familières ou administratives, 
  • organiser son quotidien, 
  • se repérer dans l’espace et dans le temps … 
Et ce, surtout si ces difficultés ne sont pas perçues par la personne qui les rencontre et sont accompagnées d’un désintérêt pour le monde environnant, social et familial.
Isolées, ces difficultés ne sont pas alarmantes… Ce sont leur répétition et leur conjonction qui doivent éveiller votre attention et vous conduire à consulter votre médecin traitant.


2. Comprendre la maladie


La maladie d’Alzheimer est l’une des maladies neuro-dégénératives les plus fréquentes, qui provoque des troubles de la mémoire et une altération progressive des fonctions supérieures (langage, gestuelle, reconnaissance, attention, concentration).

La maladie évolue par paliers. D’abord, le malade oublie des événements récents, des noms familiers. Progressivement, il perd la notion du temps et de l’espace. Il lui devient ensuite difficile d’organiser sa vie quotidienne, avec des risques d’errance et d’accidents domestiques. Avec le temps, il a de plus en plus de difficultés à exercer son jugement et à prendre des décisions, ce qui peut le conduire à des comportements dangereux. Puis le comportement diffère et des attitudes inhabituelles surgissent, avec de l’agressivité liée à l’incompréhension du malade face à ses incapacités et à la méconnaissance du savoir-faire des proches. Souvent, une dépression s’associe.


3. S’adapter


  • Consultez votre médecin traitant : il est votre premier interlocuteur et pourra poser un diagnostic. Des centres de consultation mémoire labellisés accueillent aussi les patients et leurs proches à tous les stades de la maladie (ils réalisent un bilan complet et proposent un projet de soins en coordination avec le médecin traitant).
  • Multipliez les occasions de vous informer, de vous former et de partager votre vécu auprès de bénévoles d’associations de familles telles que France Alzheimer, dans le cadre de groupes de paroles ou de cafés des aidants. 
  • Adaptez son logement pour faciliter ses déplacements et prévenir les risques de chute.
  • Organisez des activités régulières pour maintenir son autonomie le plus longtemps possible, et continuez à l’associer et l’impliquer à la vie quotidienne, même si les troubles de l’attention l’empêchent de finir les tâches.
  • Veillez à maintenir un bon état de santé général en surveillant le poids, la tension et le cœur, l’alimentation et l’hydratation au quotidien, ainsi que la prise de médicaments, afin d’éviter toute complication. 
  • Changez votre mode de communication afin d’accompagner et inciter votre proche (et non le contraindre ou l’interdire).

Les livrets conseils ORPEA


Accompagner un parent âgé en perte d’autonomie confronte souvent les proches à des questionnements pour gérer le quotidien : identifier les interlocuteurs à qui s’adresser, les solutions d’accueil possibles en institution pour prendre le relais du maintien à domicile (de façon occasionnelle, temporaire ou permanente), les aides existantes … Les familles sont donc souvent démunies face à cette situation.


Depuis 30 ans, les équipes du Groupe ORPEA accompagnent et prennent en charge des personnes âgées en perte d’autonomie, à domicile, au sein de maisons de retraite médicalisées, ainsi que de Cliniques de Soins de Suite et de Réadaptation et de Psychiatrie. 


L’expérience acquise par nos équipes tout au long de ces années, à travers leur formation spécifique, mais aussi par leurs échanges avec les résidents et leurs proches, a nourri une dynamique d’aide aux aidants familiaux. 


Les équipes ORPEA ont développé depuis plusieurs années des outils visant à aider les familles à accompagner leurs proches en perte d’autonomie : « livret de l’aidant », « accompagner son proche atteint de la maladie d’Alzheimer, « solutions de répit et aide à domicile », « Aides et subventions » « bien préparer une entrée en maison de retraite », …

Découvrez nos livrets conseils aux aidants

Pour trouver une Résidence ORPEA en France

Pour toute information sur un établissement ORPEA ou être mis‑e en relation avec un service d’aide à domicile,
contactez ORPEA Infos Services au 01 40 78 15 15


Partager cet article

Sur le même sujet