Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Bien vieillir (prendre soin de soi)

Prospective : des navettes autonomes pour rompre l'isolement ?

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 28/10/2019

0 commentaires

Utopie ou solution viable ?

Trois étudiants viennent d’être récompensés pour leur projet de navette autonome visant à favoriser le déplacement des seniors à l’échelle d’un quartier de Bordeaux. Une solution viable pour rompre l’isolement des personnes âgées ?

Ils s’appellent Kevin, Ninon et Téo. Ces étudiants en urbanisme et maîtrise d’ouvrage, marketing évènementiel et communication culturelle viennent de remporter le premier prix du concours Silver Dom’innov, organisé par Logévie et l’Atelier universitaire d’aménagement et d’urbanisme de Bordeaux Montaigne pour leur projet Mobilivette.

Mobilivette, c’est une navette autonome, un minibus sans chauffeur, qui permettrait aux personnes âgées de se déplacer comme elles le souhaitent dans leur quartier.

Une utopie ? Oui et non.

Des navettes autonomes sont en effet d’ores et déjà en circulation, en France, eux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne. Le Japon doit rejoindre le mouvement cette année.

Des expérimentations ont par ailleurs été menées à Paris, Bruxelles, Boulogne-sur-Mer et à Austin, au Texas.

Mais à Paris, l’établissement public Paris-la Défense a préféré mettre en fin en mai à une expérience débutée en juillet 2017 dans le quartier des affaires parisien.

Si 97 % des 30 000 usagers qui ont emprunté la navette en étaient satisfaits, reste que le véhicule autonome a vite montré ses limites : « la technologie n’a également pas su s’adapter aux mutations de l’environnement, aux événements de Paris La Défense (marché de Noël, Food Trucks, …) et aux nombreux flux variés sur le site », écrit l’établissement dans un communiqué daté de juillet.

Se pose également la question de l’acceptabilité d’une telle solution.

Une étude menée en Allemagne et publiée en 2016 montre en effet que les femmes se sentent plus anxieuses au sujet des véhicules autonomes que les hommes, et que cette anxiété augmente de façon significative avec l’âge, pour les deux sexes.

Une appréhension que le développement des voitures autonomes dans les vingt prochaines années fera sans doute disparaître. Rendez-vous dans quelques années pour constater si le projet de Kevin, Ninon et Téo s’est transformé en réalité.

Partager cet article