Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Vos droits : ce qui va changer en 2020

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 20/12/2019

0 commentaires

Apa, Smic, aides au logement…

Comme chaque année, le 1er janvier apporte son lot de changements. Tour d’horizon.
[Mise à jour du 27 décembre]

Apa : vers un formulaire unique pour demander l’aide


La rédaction d’Agevillage l’avait constaté en 2017 : malgré le caractère national de l’aide, il faut remplir un dossier de demande d’allocation personnalisé d’autonomie différent dans chaque département, et même le nom de l’aide change parfois. Par ailleurs, le dossier n’est pas toujours facilement accessible.

La situation devrait changer début 2020. Pour plus d’équité, la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie a pris la décision de créer un seul et unique formulaire, avec un certificat médical type. A suivre…

Mise en place du prélèvement à la source pour les salariés du particuliers employeurs


Ils ont eu un an de répit, mais à compter du 1er janvier, les particuliers employeurs devront se préoccuper du prélèvement de l’impôt de leurs salariés. Consultez notre mode d’emploi ici.


Augmentation du Smic : + 17 euros par mois


Le Gouvernement a annoncé le 18 décembre que le salaire minimum interprofessionnel de croissance (Smic) serait augmenté de 1,2 % en 2020.

Le Smic horaire passe donc à 10,15 euros bruts, et à 1 539,42 euros bruts mensuels pour 35 heures hebdomadaires.

Soit une augmentation de 12 centimes bruts de l’heure et 17,42 euros bruts par mois.

CSG, CRDS et Casa : nouveaux seuils d’assujettissement et d’exonération

Les seuils portent sur le revenu fiscal de référence, calculé à partir des revenus 2017 et 2018.


Les nouveaux seuils en détails

Des aides au logement plus ajustées


Les aides personnalisées au logement (APL), les allocations de logement familiale (ALF) et les allocations de logement sociale (ALS) seront désormais calculées en tenant compte des ressources des 12 derniers mois et non plus sur les revenus perçus deux ans plus tôt. Leur montant devrait donc être plus cohérent avec la situation financière des allocataires.

A noter : ce changement, qui devait intervenir le 1er janvier, est finalement repoussé au 1er avril à la demande de la Caisse d’allocations familiales.

Enfin, le congé de proche aidant devrait être rémunéré dès l’an prochain, à hauteur d’une quarantaine d’euros par jour. Mais aucune date n’a été donnée pour l’instant.

Partager cet article

Sur le même sujet