Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

26 portraits pour raconter la vieillesse

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 17/02/2020

0 commentaires

Des récits recueillis par deux journalistes partis sur les routes de France, à la rencontre des doyens de village

En 2018, les journalistes Arzhêliz Diard et Julien Levasseur ont décidé de partir à la rencontre de personnes âgées dans toute la France. Fruit de leur road trip”, 26 portraits pour raconter la vieillesse est une série d’entrevues dans des petits villages où se mêlent souvenirs et états d’âme.


Nous avons porté une grande attention à ce que l’ouvrage soit gai et coloré car cela reflète la nature de nos échanges avec les personnes âgées. Pour nous et pour eux, la vieillesse est tout sauf un tabou”, déclarent les auteurs. 

Leur ambition est de laisser une trace, raconter les souvenirs, les regrets et les espoirs d’une génération qui se retirera bientôt de ce monde”.

Et dans cette optique, les deux journalistes ont choisi de donner la parole à des personnes âgées vivant dans des villages reculés, souvent isolés. 

Des communes d’une centaine d’habitants où les doyens constituent la mémoire collective du village mais aussi de l’histoire du pays.

Souvenirs de la guerre, évolution de la société, regards sur la vieillesse… les 26 personnes rencontrées n’éludent rien et évoquent avec tendresse et jovialité les événements marquants vécus.

Ces doyennes et doyens ont jusqu’à 102 ans et vivent tous à la campagne, là où l’accès aux soins, aux services adaptés, n’est pas forcément aisé. 

Je vis mes journées comme elles viennent, je me suis habitué à ne plus rien faire”, raconte Jacques, doyen de Saint-Simon-de-Pellouaille. 

D’autres au contraire mettent en avant la solidarité entre voisins et se targuent d’être la personne la plus visitée du village. 


Entre rire et larmes


Une galerie de portraits hauts en couleurs où se croisent des trajectoires de vie passionnantes, à l’image de l’entretien bouleversant avec Francisco, âgé de 89 ans qui revient sur le départ de son pays natal l’Espagne, que sa famille a dû fuir à la fin des années 30

Raymonde, 89 ans, a elle perdu son père pendant la guerre : les Allemands sont venus le chercher chez nous un mardi. on était tous là, on l’a vu partir. Il a fait quatre mètres. il s’est retourné un coup et c’était fini. On ne l’a jamais revu vivant”.

Si certains témoignages sont graves, le ton général du livre est dans l’ensemble assez joyeux, où les doyens se livre en toute légèreté sur leur vécu. 

26 portraits pour raconter la vieillesse est ouvrage précieux, qui rend hommage à ceux qui n’ont que rarement la parole et qui constituent pourtant une partie de la mémoire de France.

26 portraits pour raconter la vieillesse
Arzhêliz Diard et Julien Levasseur
24 €
Contacter l’éditeur
Partager cet article

Sur le même sujet