Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Connaître vos droits

Crise sanitaire et précarité : où en sont les seniors ?

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 30/11/2020

0 commentaires

Quelles aides existent ?

En parallèle des conséquences sanitaires, la crise du covid-19 porte un coup sévère à l’économie et aux conditions de vie des Français. Dans quelle mesure les seniors sont impactés ? Et quelles pistes pour faire face ?


En septembre, une personne âgée de 70 ans et plus sur deux déclarait avoir des difficultés financières, selon une enquête Opinion Way pour Monetivia. 34 % d’entre elles se disaient inquiètes pour l’avenir et 35 % assuraient qu’elles n’auraient rien à léguer à leurs enfants.

Depuis, de nouvelles données sont venues confirmer l’augmentation préoccupante de la précarité en France.

Selon une autre enquête, réalisée par Action contre la faim, ADSF – Agir pour la Santé des Femmes et la Fondation de l’Armée du Salut sur un site de distribution alimentaire à Paris, 50 % des bénéficiaires interrogés n’avaient pas recours à l’aide alimentaire avant la crise du covid-19. Parmi les personnes devant se résoudre à cette aide, des personnes âgées isolées.

Le rapport 2020 – 2021 sur la pauvreté en France de l’Observatoire des inégalités rappelle que si les jeunes sont en première ligne face à la pauvreté, avec des chiffres encore dégradés en 2020, les plus de 65 ans qui vivent seuls représentent plus de 200 000 personnes pauvres (vivant avec moins de 885 euros par mois, soit la moitié du revenu médian). Les personnes vivant durablement en collectivité, comme les résidents d’Ehpad, ne sont pas comptabilisées par l’Insee.

L’augmentation de l’Aspa (allocation spécifique de solidarité, ex minimum vieillesse), passée à 903 euros cette année, a permis à ses 568 000 bénéficiaires de passer tout juste au-dessus du seuil de pauvreté.

Pour rappel, cette aide est ouverte à toute personne de 65 ans ou plus résidant régulièrement en plus, dont les revenus sont inférieurs à 903 euros mensuels.

D’autres dispositifs permettent d’améliorer le quotidien des personnes âgées précaires : 

  • L’aide sociale du département, qui peut prendre différentes formes : portage de repas, financement d’une aide-ménagère…

  • Les aides des caisses de retraite, comme l’Asir, l’aide aux retraités en situation de rupture.

  • L’allocation supplémentaire d’invalidité (Asi), versée sous certaines conditions aux personnes invalides titulaires d’une pension de retraite ou d’invalidité qui n’ont pas atteint l’âge légal de départ à la retraite pour bénéficier de l’Aspa.


En savoir plus sur l’aide sociale des Conseils départementaux
En savoir plus sur l’Asir
En savoir plus sur l’Asi

Mais la pauvreté peut prendre de nombreuses formes, qui bien souvent se cumulent, rappelle l’Observatoire des inégalités : mal logement, précarité énergétique, mais aussi illectronisme (71 % des plus de 75 ans n’ont aucun usage ou aucune compétence d’internet, selon l’Insee) et pauvreté des relations sociales.

Là encore, des aides, des accompagnements existent. N’hésitez pas à vous rapprocher du Clic, du Centre communal d’action sociale pour faire le point.

Pour aller plus loin


Dossier : les aides pour les personnes âgées démunies

Partager cet article