Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Connaître vos droits

Consultation citoyenne : comment améliorer la place des personnes âgées dans notre société ?

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 23/12/2020

0 commentaires

Lancement d’une vaste consultation citoyenne en amont du projet de loi grand âge

Reporté à de multiples reprises depuis deux ans, le projet de loi grand âge devrait finalement être déposé en mars prochain. En vue de cette échéance, la ministre déléguée chargée de l’Autonomie souhaite mobiliser l’ensemble des citoyens autour de la question comment améliorer la place des personnes âgées dans notre société ?”.


En 2018, 415 000 personnes avait participé à la consultation citoyenne Comment mieux prendre soin de nos aînés ?”.

De cette consultation, 10 propositions avaient émergé et avaient ensuite servies à enrichir le rapport grand âge et autonomie, porté par Dominique Libault.

Deux ans plus tard cette nouvelle consultation, lancée ce 18 décembre sur la plateforme Make​.org, invite à repenser ensemble la place des personnes âgées dans notre société.


Des propositions pour une société plus inclusive




Je pense qu’il est temps d’arrêter de regarder la vieillesse comme un poids, alors que c’est une chance pour la société.” Brigitte Bourguignon invite chacun à imaginer des solutions pour lutter contre l’âgisme, l’isolement des personnes âgées, renforcer les lieux de vie, les liens intergénérationnels, l’accès à la culture, développer les activités physiques adaptées, aider au maintien à domicile, reconnaître davantage les aidants

La ministre déléguée chargée de l’Autonomie précise que les conclusions de cette consultation viendront nourrir les travaux du gouvernement en vue de la très attendue loi grand âge. 

La consultation est ouverte jusqu’au 9 février 2021 et pour l’heure, plus de 500 propositions ont déjà été formulées.

Ainsi, par exemple, Hélène, 52 ans, propose de revaloriser les salaires des professionnels travaillant à domicile afin que ces métiers soient mieux reconnus et plus attractifs”.

Christophe, 53 ans suggère d’installer un mini-cabinet médical partagé à l’intérieur des Ehpad (dentiste-podologue-orthophoniste-kiné etc…)”.

Taracota, 59 ans, préconise quant à elle de faire venir des neuropsychologues dans les Ehpad afin de comprendre et d’aider les résidents et les salariés”.
Partager cet article