Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Réforme de la dépendance : Roselyne Bachelot installe quatre groupes de travail

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 08/01/2011

0 commentaires

Un rapport sera remis à l’été

Roselyne Bachelot, ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, a annoncé sur France 2 qu’elle avait installé mardi 4 janvier, quatre groupes de travail sur la réforme du financement de la dépendance.

• Le premier, présidé par Bertrand Fragonard, président du Haut conseil de la famille « sera consacré au financement”.
• Le second, confié à Jean-Michel Charpin, ancien commissaire au Plan et directeur de l’Insee sera chargé de la prospective”, autrement dit, l’évolution des dépenses.
• Le troisième présidé par Evelyne Ratte, ancienne préfète du Limousin va étudier les différents types de prises en charge »
• Un quatrième, conduit par Annick Morel, inspectrice générale des affaires sociales, va réfléchir sur la place du vieillissement dans notre société ».

Ces groupes travailleront jusqu’au début de l’été”. Préfets et Agences régionales de santé (ARS) organiseront des débats interdépartementaux dans toutes les régions à partir d’avril pour faire remonter les spécificités régionales..

Fin janvier, un site internet sera mis en ligne pour informer le public et le faire contribuer au débat. 

La synthèse de ces différents mouvements sera remise à Nicolas Sarkozy au début du mois de juillet et nourrira un premier train de mesures de la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2012. D’autres textes législatifs et réglementaires seront pris en 2012.

La ministre a rappelé que 80.000 personnes supplémentaires s’ajoutent chaque année aux 1,2 million de personnes âgées ayant perdu leur autonomie”. Nicolas Sarkozy de son côté, a exprimé jeudi 6 janvier, ses craintes devant une détérioration de la situation. Le nombre de personnes âgées dépendantes devrait augmenter de 30 à 50% d’ici à 2040″, a‑t-il dit. 

Roselyne Bachelot a réexpliqué aussi que deux problèmes urgents se posaient à elle : les départements pauvres en ressources et dotés d’une large population vieillissante et qui ont du mal à financer cette dépendance, et les classes moyennes qui affrontent seules le coût élevé de la perte d’autonomie de leurs parents âgés.

Roselyne Bachelot en images
La prise en charge de l’aide à l’autonomie des personnes âgées

Partager cet article

Sur le même sujet