Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Comprendre les fragilités

Aide active à mourir, euthanasie volontaire : nouveaux projets de loi en débat

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 17/01/2011

0 commentaires

L’espace national de référence éthique sur la maladie d’Alzheimer (EREMA) se penche sur des propositions de loi sur la fin de vie qui seront débattues au sénat le 25 janvier prochain.
Les propositions de loi

659 relative à l’aide active à mourir présentée par Jean-Pierre Godefroy, sénateur PS de la Manche
65 relative à laide active à mourir dans le respect des consciences et des volontés, par Alain Fouché sénateur UMP de la Vienne
31 relative à leuthanasie volontaire présentée par Guy Fischer, sénateur du Rône, groupe Communiste, Républicain, Citoyen et des Sénateurs du Parti de Gauche.

Ce dossier thématique du EREMA propose des approches qui permettent de mieux cerner les enjeux d’un choix de société qui affecte nos principes fondamentaux et notre relation de responsabilité à la personne vulnérable dans la maladie. Il semble évident qu’à cet égard notre attention doit être avivée, ne serait-ce que du fait des représentations souvent péjoratives attachées à l’existence des personnes atteintes de la Maladie d’Alzheimer”.
Il comprend des textes, réflexions, rapports, des membres actif de l’espace éthique, de E.Hirsch auteur de apprendre à mourir” chez Grasset et relais du collectif Plus digne la vie”, et du député Jean Léonetti auteur de la loi sur les droits des malades et à la fin de vie.

Au sommaire
- Dernière étape d’une libéralisation de la mort” ?
- Le suicide assisté, une notion archaïque
- Adopter en France le dispositif Belgo-Hollandais
- Mort choisir pour tous avec l’aide de la loi : droit essentiel ou fantasme dangereux ?
- Quel avenir dans notre pays pour les personnes vulnérables ?
- Réflexions sur la tentation de créer un droit à choisir sa mort
- On demande à l’état d’administrer la mort et de charger les médecins de cette tâche (l’acte de tuer ne relève pas du soin)
- La fin de l’exception humaine ?
- Soins palliatifs, les conditions de l’amélioration du dialogue soignant-soigné
- Quelle application de la loi dans un contexte d’hospitalisation à domicile ?
- Prendre authentiquement en charge la douleur des malades en fin de vie
- Solidaire devant la fin de vie
 — quels seraient les fondements d’un droit à mourir ,
 — quelles seraient les conséquences d’un droit à mourir sur l’éthique médicale ?
 — quelles leçons tirer des expériences européennes ?
 — les dispositifs proposés amenant à l’irresponsabilité pénale des auteurs d’actes d’euthanasie sont-ils juridiquement cohérents ?
- Pour la renaissance de l’humanisme dans la médecine
- Manifeste citoyen pour la digité de la personne en fin de vie

Téléchargez le dossier du EREMA (114 pages) : débat d’actualité sur l’aide active à mourir.

En échos voir le point de vue de Nicole Poirier fondatrice et directrice de la maison québécoise Carpe Diem sur ce sujet Fin de vie et dignité et les audiences déclenchées par le gouvernement québecquois.

Partager cet article