Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Parkinson : les causes génétiques de la maladie mieux établies

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 05/02/2011

0 commentaires

Cinq nouveaux gènes associés à la maladie identifiés

Des chercheurs européens et américains ont annoncé dans la revue The Lancet, qu’ils avaient découvert 5 nouveaux gènes associés à la maladie de Parkinson. Ils ont confirmé le rôle de 6 autres gènes déjà identifiés à la maladie. Les 11 variantes identifiées rendent compte de 60 % du risque de survenue de la maladie dans la population générale. Deux de ces variations expliquent à elles seules près de 30 % du risque.

Les personnes faisant partie des 20% qui portent le plus grand nombre de variations génétiques identifiées ont 2,5 fois plus de risque de développer la maladie que celles faisant partie des 20% qui portent le plus faible nombre. La maladie de Parkinson est la deuxième maladie neurodégénérative après la maladie d’Alzheimer. Elle est caractérisée par une perte progressive des neurones dopaminergiques et une accumulation de corps de Lewy.

Les chercheurs des États-Unis, Royaume-Uni, Allemagne, France (chercheurs de l’Inserm), Pays-Bas et Islande, membres de l’International Parkinson Disease Genomics Consortium ont analysé le génome de plus de 5 000 personnes atteintes de la maladie et de 12 000 personnes indemnes.

Leurs travaux permettent désormais de relativiser l’importance des causes environnementales dans le surgissement de la maladie. Les auteurs précisent toutefois que ces résultats ne signifient pas qu’un profilage génomique fondé sur les gènes découverts permettrait une prédiction du risque. Ces résultats sont surtout importants pour guider l’étude des fondements biologiques de la maladie et suggérer de nouvelles approches de traitement.

Partager cet article

Sur le même sujet