Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Comprendre les fragilités

60 à 70 % des malades de Parkinson ont des troubles sexuels

Auteur Guillaume Vonthron

Temps de lecture 2 min

Date de publication 12/04/2021

0 commentaires

Selon les chiffres du ministère des Solidarités et de la Santé, il y aurait environ 200 000 personnes en France atteintes par la maladie de Parkinson. Entre les troubles et la baisse de l’estime de soi, la sexualité des malades est souvent impactée mais elle reste cependant un sujet trop peu évoquée. A l’occasion de la Journée mondiale de la maladie de Parkinson, un webinaire est revenu sur la question de la sexualité des malades.

Lorsque des personnes sont confrontées à des troubles neurologiques, leur sexualité est impactée ainsi que la qualité de vie de leur couple” souligne le docteur Valérie Fraix à l’occasion de cette table ronde organisée par l’association France Parkinson. 

La sexualité est un sujet qui est rarement abordé par les malades, par gène, que ce soit par tabou social, culturel ou religieux mais pas seulement. 

Ces personnes n’ont pas forcément établi qu’il puisse y avoir un lien entre leurs difficultés et leur maladie neurologique” poursuit la neurologue du Centre expert Parkinson du CHU de Grenoble.

Quelles sont les principales difficultés rencontrées par les malades ?

De manière générale, chez les hommes comme chez les femmes, ce sont des troubles de la performance sexuelle qui sont au premier plan chez les malades” précise le docteur Maria-Carmelita Scheiber Nogueira, neuro-urologue à Lyon. 

Chez l’homme ces troubles se traduisent principalement pas des troubles de l’érection. C’est extrêmement fréquent, 60 à 70 % des patients dans les dix premières années de la maladie ont des troubles sexuels”.

Ces troubles sont rarement isolés” constate Maria-Carmelita Scheiber Nogueira et s’accompagnent généralement de troubles urinaires, voire de troubles intestinaux.

Ils peuvent même précéder les signes moteurs précise la neuro-urologue.

Chez les femmes, 80 % vont rapporter des difficultés sexuelles. Des difficultés consécutives à la maladie qui se caractérisent généralement par un défaut de lubrification vaginale, des dyspareunies (douleurs vaginales pendant l’acte NDLR) ou encore par des fuites urinaires lors des rapports. 

Outre les difficultés liées à la performance, les malades de Parkinson ressentent souvent (chez 60 à 65 % des patients) des troubles du désir. Là, on a plutôt une corrélation associée avec l’âge ou avec la dépression” poursuit le docteur Scheiber Nogueira.

Comment faire face aux troubles sexuels ?

Les difficultés rencontrées par les malades peuvent néanmoins s’aplanir, et à cet effet, Maria-Carmelita Scheiber Nogueira insiste sur l’importance d’en parler dans le couple, mais aussi à son neurologue ou à son médecin traitant. 

La neuropsychologue Emmanuelle Schmitt précise par ailleurs qu’il existe des exercices à réaliser dans le cadre du couple pour améliorer la situation :

Certains exercices permettent de restaurer quelque chose de l’ordre de la sensorialité. Ce sont des exercices, empruntés à la sophrologie, de pleine conscience du corps, de visualisation pour travailler sur la féminité ou la virilité afin d’appréhender l’anxiété”.

Accéder en replay à l’ensemble des tables rondes proposées par France Parkinson (table ronde autour de la sexualité à partir de 4h29)

Partager cet article