Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Les bilingues résistent mieux à la maladie d'Alzheimer

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 20/02/2011

0 commentaires

La deuxième langue est un réservoir de sécurité”

Selon Ellen Bialystok, psychologue à la York University de Toronto, les personnes bilingues ont de meilleures capacités à retarder l’apparition des symptômes les plus graves de la maladie d’Alzheimer. A la réunion annuelle de l’ American Association for the Advancement of Science à Washington, DC, elle a déclaré :« nous savons que le système nerveux se détériore avec l’âge, mais à chaque étape de la vie, ce système fonctionne mieux chez les personnes bilingues. Elles ne sont pas immunisées contre la maladie d’Alzheimer, mais elles peuvent y faire face plus longtemps.

Dans sa recherche, publiée récemment dans la revue Neurology, Ellen Bialystok a examiné 211 personnes porteuses de la maladie d’Alzheimer, dont 102 étaient bilingues et 109 monolingues, et elle a noté l’âge auquel les premières déficiences cognitives avaient été diagnostiquées. Ses résultats ont montré que les patients bilingues avaient été diagnostiqués 4,3 années plus tard, en moyenne, et avaient signalé l’apparition des symptômes 5,1 années plus tard que les patients monolingues.

Selon Mme Bialystok, la commutation entre les différentes langues semble stimuler le cerveau qui bâtit une réserve cognitive. C’est comme disposer d’un réservoir de réserve dans une voiture. Même à bout de carburant, vous pouvez continuer plus longtemps car il y a un peu plus d’essence dans le réservoir de sécurité.“

Les améliorations sont plus sensibles encore quand les personnes parlent chaque jour les deux langues comme les immigrants qui parlent la langue du pays à l’extérieur et leur propre langue à la maison. Mais chaque petit geste compte.“

Une autre étude menée sur les personnes bilingues par Judith Kroll, psychologue à l’Université Penn State (Etats Unis), soutient l’idée que les locuteurs bilingues surpassent les orateurs de langue unique dans les tâches mentales telles que la sélection des informations pertinentes et la concentration sur des détails importants. Les bilingues hiérarchisent mieux l’information et sont plus facilement multi-tâches, dit-elle.

Partager cet article

Sur le même sujet