Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Une molécule contre le stress favoriserait-elle la repousse des cheveux?

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 20/02/2011

0 commentaires

Après la souris , il faut mener des recherches sur l’homme

Des chercheurs américains qui étudiaient les effets du stress sur l’intestin sont tombés sur un composé chimique qui stimule la pousse des poils … et peut être des cheveux.

En bloquant une hormone liée au stress, des souris mutantes ont regagné les poils qu’elles avaient perdu, a rapporté mercredi 16 février, Million Mulugeta de l’Université de Californie à Los Angeles dans le journal en ligne PLoS One, une publication de la Public Library of Sciences.

Cent pour cent des souris ont répondu. Les poils repoussent totalement. Il s’agit d’un effet très spectaculaire” a‑t-il indiqué. Ces résultats pourraient ouvrir de nouveaux domaines de recherche sur la lutte contre la calvitie chez l’homme, et chez toutes les personnes dont la chute de cheveux est causée par le stress et le vieillissement.
L’équipe, qui réunissait des chercheurs de l’Administration des anciens combattants et le Salk Institute for Biological Studies en Californie, a fait des expériences sur des souris génétiquement modifiées pour être en surproduction d’une hormone de stress appelée facteur de libération de la corticotrophine ou CRF. L’équipe a injecté quotidiennement à ces souris un composé chimique appelé stress bloquant astressin‑B, qui bloque l’action de l’hormone du stress.

Quand nous sommes revenus voir les souris dans leur cage trois mois plus tard, leurs poils avaient tous repoussé. Elles ne se distinguaient pas de leurs congénères qui n’ont pas été génétiquement modifiées », a déclaré Mulugeta. C’était totalement inattendu.“

L’effet a duré jusqu’à quatre mois, un temps relativement long dans la durée de vie d’une souris, Des études de suivi ont confirmé les conclusions. L’équipe a également testé le composé sur de jeunes mutantes et a constaté que astressin‑B bloquait la chute des poils. Non seulement il restaure les cheveux, mais il empêche également la perte de cheveux”, a déclaré Mulugeta.

Jusqu’à présent, astressin‑B a seulement été testé sur des souris génétiquement modifiées pour exprimer beaucoup d’hormone de stress, et l’ effet sur les humains n’a rien de certain.

D’autres études sont en cours.

Partager cet article

Sur le même sujet