Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Martine Aubry réaffirme que la dépendance doit être financée par la solidarité nationale

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 27/02/2011

0 commentaires

L’Apa doit être prise en charge par l’Etat

Martine Aubry première secrétaire du PS, était mardi 22 février, à Boussy-Saint-Antoine (Essonne) où elle s’est prononcée sur le financement par la solidarité nationale des dépenses liées à la dépendance. Celle qui se place comme une probable candidate de la gauche en 2012, défend l’idée d’un « droit universel à la compensation de la perte d’autonomie », selon le texte adopté par la convention nationale en décembre. « Nous voulons mettre en place un nouveau pilier de la Sécurité sociale”. 

La dépendance relève de la solidarité nationale, au même titre que
la santé. « Le financement par la sphère publique ‑Etat, départements, assurance maladie- devra demeurer « important », le recours à une assurance complémentaire « doit rester optionnel ».

Comment faire face à cette dépense publique qui progresse régulièrement avec le vieillissement de la population ? Le PS veut solliciter les revenus des retraités les plus aisés. Ceux-ci s’acquittent d’un taux de CSG inférieur à celui des actifs. « A niveau de revenus identiques, il serait logique que la contribution soit la même », indique le PS
Poussée par la CFDT, cette harmonisation devra se faire « dans le cadre plus large de la fusion de la CSG et de l’impôt sur le revenu », précise-t-elle. Le texte adopté par le PS préconise aussi « le rétablissement d’un droit de succession sur les patrimoines les plus élevés ». Il récuse en revanche l’idée d’un gage de 20.000 euros prélevé sur le patrimoine des personnes âgées les plus aisées qui souhaitent toucher une aide personnalisée d’autonomie (APA) à taux plein, une piste défendue par les sénateurs UMP
« Certains foyers risquent de renoncer à toucher l’APA pour préserver leur patrimoine, ce qui serait catastrophique », estime le sénateur socialiste Bernard Cazeau. Enfin, afin d’éviter les « inégalités territoriales », le PS souhaite que l’Etat finance l’intégralité de l’APA, alors que cette prestation est aujourd’hui assumée à plus de 70 % par les conseils généraux.

Partager cet article

Sur le même sujet