Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Vieillissement, malbouffe, sédentarité : le diabète explose en France

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 20/03/2011

0 commentaires

Un Livre blanc pour réduire l’impact de l’ épidémie silencieuse”

Quelques propositions pour faire face au diabète, l’épidémie silencieuse du 21ème siècle 
Le premier livre blanc du diabète, édité à 5.000 exemplaires vient d’être publié par la Société Francophone du Diabète (SFD). Des propositions pour enrayer les formes sévères d’une maladie dont le nombre de malades est passé de 1,6 à 2,9 millions de personnes et dont le coût approche les 14 milliards d’euros, soit 10% des dépenses de santé dont 40% liées à l’hospitalisation.

En dix ans, le nombre de diabétiques est passé en France de 1,6 à 2,9 millions de personnes. Par ailleurs, le coût du diabète a doublé et approche les 14 milliards d’euros, soit 10% des dépenses de santé dont 40% liées à l’hospitalisation.

1- Faire preuve d’imagination
Les 2,5 millions de patients pour qui l’hôpital n’est pas un passage obligé ont besoin d’un meilleur dépistage, et d’une prise en charge qui leur facilite la vie. Les Agences Régionales de Santé (ARS), devraient réfléchir à des circuits spécifiques et à des programmes d’éducation thérapeutique et de formation des acteurs de la chaîne de soins. Les coûts liés aux hospitalisations et aux complications se verraient réduits.

2- Communiquer sur le diabète pour mieux le prévenir 
Dans quatre cas sur cinq, le diabète est issu de « malbouffe » et d’une vie trop sédentaire. 
Des actions médiatiques appropriées peuvent être pensées comme outils de prévention et de modification des habitudes alimentaires.

3- Centrer le dispositif sur le malade et améliorer sa qualité de vie
La maladie ne se résume pas à une ordonnance et des médicaments. Projet de vie, milieu social, capacité à être autonome… doivent être décryptés, entendus et pris en compte pour aboutir à une médecine plus personnalisée.

La télémédecine devient pour le diabète un outil formidable pour prévenir l’hospitalisation.

4- Mettre en réseau des professionnels 
Diabétologues, diététiciens, infirmiers, podologues, pharmaciens, coachs sportifs, cardiologues, néphrologues, ophtalmologistes, pneumologues, médecins généralistes doivent être mis en réseau et coordonnées. Quel est le meilleur coordonnateur ? Un diabétologue hospitalier ou libéral pourrait en partenariat avec l’omnipraticien et /​ou d’éventuels réseaux de soins, orienter le patient et optimiser le parcours de soin dans le but d’éviter les hospitalisations coûteuses pour la société et parfois traumatisantes pour le patient.

5 – Priorité à l’éducation thérapeutique du patient (ETP)
L’Education thérapeutique du patient ou ETP est un des maitres-mots de la médecine de demain. L’ETP dans le cadre de la loi HPST est considérée comme un acte de soin à part entière. Reste à former les professionnels de soin qui souhaitent s’y impliquer et à les rémunérer. Quant aux pouvoirs publics, leur travail serait de labéliser les structures impliquées dans l’ETP.

Partager cet article

Sur le même sujet