Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Salon des seniors et prévention des chutes

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 27/03/2011

0 commentaires

ANAH et aides à l’aménagement du logement

Le 13e Salon des seniors qui a fermé ses portes le 26 mars à Paris était consacré au maintien à domicile des personnes âgées. Parmi les nouveaux outils technologiques destinés à prévenir les chutes, l’appartement témoin offrait lui des solutions simples et peu coûteuses à mettre en oeuvre. 

Appartement témoin. Dans un logement témoin d’une centaine de mètres carrés, les visiteurs du 13ème Salon des seniors ont été invités à découvrir des mesures de bon sens, peu coûteuses et faciles à mettre en œuvre pour éviter les chutes à domicile. Interrupteurs entourés de ruban adhésif phosphorescent, tapis retirés dans les endroits de passage, parquets pas cirés pour éviter les glissades, fils fixés aux murs, barre d’appui judicieusement disposée, détecteurs de chute, téléphone dans la douche etc…). : autant de précautions qui permettraient de diviser les chutes par trois.

Reste à convaincre les aînés de mettre ces conseils à l’oeuvre. Chaque année 9 000 personnes âgées succombent à la suite d’une chute. À eux seuls, ils représentent près de la moitié des victimes des accidents mortels de la vie courante. Et, dans 70 % des cas, la chute a lieu à leur domicile. Les chutes moins graves conduisent annuellement entre 430 000 et 470 000 personnes de plus de 65 ans à prendre le chemin des urgences. Ces accidents pourraient être évités grâce à des mesures d’aménagement très simples, plaident l’Agence nationale de services à la personne (ANSP) et la Commission pour la sécurité des consommateurs (CSC). Après avoir lancé l’expérimentation d’un programme de diagnostic et de sécurisation du logement auprès de 21 000 personnes âgées, ces deux organismes ont présenté leurs solutions dans un appartement témoin au Salon des seniors, organisé à Paris, porte de Versailles, jusqu’au 26 mars.

L’Anah développe des aides pour inciter propriétaires et occupants modestes à réaliser les travaux nécessaires. En 2010, elle a permis à 17500 personnes âgées d’aménager leur logement, avec un budget total de 58 millions d’euros. Et l’agence veut faire encore davantage : 830 000 seniors sont éligibles pour recevoir ces financements proposés sous condition de ressources. L’objectif est d’intervenir dans 400 000 logements au cours des dix prochaines années. L’agence propose de prendre en charge entre 35 et 50 % des dépenses liées aux travaux, avec une aide maximale de 20 000 euros.

Pour se faire aider dans le montage de leur projet, les propriétaires peuvent bénéficier d’un accompagnement technique (visite à domicile et diagnostic sur les solutions à privilégier). Pour l’obtention d’une aide, le dossier doit obligatoirement comporter un justificatif de l’adéquation du projet avec les besoins de la personne âgée (diagnostic autonomie ou rapport d’ergothérapeute). En complément des aides de l’Anah, d’autres financements, enfin, peuvent être sollicités auprès des collectivités locales, des caisses de retraite complémentaire ou de la Caisse nationale d’assurance vieillesse. 

Partager cet article

Sur le même sujet