Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Roselyne Bachelot note le souhait général d'un « large socle de solidarité nationale »

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 17/04/2011

0 commentaires

Souhait général pour le maintien d’un large socle de solidarité nationale

A l’occasion de l’annonce, jeudi 14 avril, du lancement d’une campagne de communication dans la presse écrite et à la radio pour susciter l’intérêt des Français sur la réforme du financement de la dépendance des personnes âgées, Roselyne Bachelot, ministre des Solidarités, a livré un bilan d’étape de la réflexion en cours : ressources nouvelles, aide aux aidants, recours sur succession. Elle a également lancé un appel à témoignages et à idées sur le site internet dépendance”.

Dans un « point d’étape des consultations » qu’elle mène sur la réforme du financement de la perte d’autonomie, Roselyne Bachelot a établi que : 

  • l’idée d’alourdir le coût du travail” était exclue. En revanche, la création d’une nouvelle journée de solidarité (Contribution de solidarité à l’autonomie) qui obligerait les salariés à abandonner un jour de congé demeurerait à l’étude. Apport frais potentiel : 2,3 milliards d’euros.
  • Consensus en faveur du maintien d’un large socle de solidarité nationale”. Aujourd’hui, l’ensemble des dépenses publiques concernant l’aide aux personnes âgées est évalué à 25 milliards. Ce budget ne diminuera pas”, a promis Mme Bachelot.
  • Recours sur succession. La généralisation du recours sur succession ne rencontre pas un franc succès, a reconnu Mme Bachelot. La mesure ne concerne aujourd’hui que l’aide à l’hébergement et ne touche que les gens modestes. Bertrand Fragonard qui pilote le groupe Stratégie pour la couverture de la dépendance des personnes âgées”, a expliqué qu’une enquête devait être menée pour mieux connaître les processus de récupération sur succession. Il a aussi estimé que cette solution n’était « pas mauvaise en soi ». 
  • Maintien dans l’APA des personnes classées en GIR 4. Personne ne soutient l’exclusion des GIR 4 de l’APA, dit Mme Bachelot qui ajoute « cette prise en charge procède d’une logique de prévention qu’il importe de conserver ». 
  • Assurance privée. Son apport et son niveau de garantie sont limités, a reconnu Bertrand Fragonard. « Une assurance obligatoire ne chasse pas forcément l’APA. C’est un débat qui devra être mené », a‑t-il ajouté. 
  • Gouvernance de proximité et paritarisme renouvelé : les partenaires sociaux et l’ensemble des acteurs seront associés au pilotage du nouveau système de financement. Il en ira de l’efficience du dispositif selon Mme Bachelot. 

Partager cet article

Sur le même sujet