Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

L'aide à domicile : un luxe réservé aux moins fragiles et aux plus aisés

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 18/04/2011

0 commentaires

Un secteur porteur de solutions laissé dans l’incertitude face à son avenir

Bien qu’ en adéquation avec les besoins de la population, porteur d’enjeu sociétaux et vivier d’emplois, l’Etat reste sourd” aux appels aux secours du secteur de l’aide à domicile. Lors d’un point presse, le 11 avril, le“Collectif des 16″ rappelant que se faire aider à domicile ne doit pas devenir un luxe, a appelé les pouvoirs publics à réagir rapidement sur plusieurs points.

Les conséquences de la crise touche de plein fouet le secteur de l’aide à domicile, portée par les acteurs de l’économie sociale et solidaire. Celui-ci est confronté aux difficultés des financements publics, notamment concernant le transfert, sans contrepartie financière des charges relatives aux politiques sociales. Ils sont aussi mis à mal par des choix politiques peu transparents” voire aveugles”.

Les services d’aide à domicile publics et privés non lucratifs ont mis en oeuvre et réalisé d’importants efforts de professionnalisation dont les coûts doivent être reconnus dans les prix de revient intégrés par l’Etat, les Caisses de sécurité sociale et les collectivités locales.

220 millions d’heures effectuées au service de plus de 2 millions de personnes dans un maillage fin du territoire national. Souvent premiers emloyeurs d’une région, les services d’aide à domicile compte, notamment dans le Nord Pas de Calais 70 000 personnes, le double de la filière automobile, signale le Collectif des 16”.

Licenciements et liquidations judiciaires s’accèlèreront dans l’année si des solutions ne sont pas apportées rapidement, alerte le collectif qui signale les lourdes conséquences de telles mesures sur les populations accompagnées. La catastrophe est d’ores et déjà annoncée si aucune solution ne vient pallier l’augmentation de 8 à 10% des coûts de charges salariales dues à la suppression de l’exonération Services à la personne”.
La réflexion menée en collaboration avec l’Assemblée des départements de France a conduit à proposer un nouveau système de tarification. Solution qui ne peut répondre à l’urgence.

Le collectif des 16 appelle les pouvoirs publics à réagir rapidement sur la prise en compte dans le code de la sécurité sociale des familles fragiles ouvrant doit à l’exonération aide à domicile” au même titre que les personnes âgées et handicapées, sur le déblocage d’un fonds de soutien sur deux ans pour les services en cas de défaillance des financeurs publics et sur la révision du système de tarification en partenariat avec les acteurs du secteur.

En 2010, 10 000 postes ont été supprimés, 10 000 postes supplémentaires pourraient disparaître cette année.

Le collectif des 16
Adessa A domicile / ADMR / AD-PA / Aînés ruraux / APF / CFPSAA / Croix — Rouge Française — Familles rurales — FNAAPFP-CSF / FNDEPA / Fnapaef / Fnaqpa / Mutualité Française / UNA / ANCCAS / Uniopss

Partager cet article

Sur le même sujet