Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Maladie d'Alzheimer : les Etats-Unis revoient leur définition

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 25/04/2011

0 commentaires

Mise à jour des directives pour le diagnostic

Les Etats-Unis repensent les directives pour le diagnostic de la maladie d’Alzheimer afin de mieux intégrer l’acquis des connaissances les plus récentes.

Les Etats-Unis sont en passe de révolutionner leur approche de la maladie d’Alzheimer. Des groupes d’experts réunis par l’Institut national sur le vieillissement et l’Association USA Alzheimer ont rendu public, mardi 19 avril, au congrès de Hawai de nouvelles lignes directrices pour le diagnostic de la maladie d’Alzheimer. Si ces modifications sont adoptées par le ministère de la santé des Etats-Unis, elles pourraient conduire à multiplier par deux ou trois le nombre de personnes diagnostiquées.

Les nouvelles lignes directrices définissent trois stades de la maladie : la maladie préclinique, la déficience cognitive légère et enfin, la démence elle-même. 

  • La première (dite préclinique) utilise scanners et biomarqueurs pour décrire des modifications du cerveau, à commencer par les premières accumulations de plaques ß‑amyloïde, dont les médecins pensent qu’elles jouent un rôle clé dans la mort des neurones. En cherchant à prendre en compte la maladie à un stade précoce, les chercheurs veulent intégrer le fait qu’il est aujourd’hui acquis que la maladie démarre une décennie ou plus avant les premiers signes de perte de mémoire.
  • La seconde phase correspond à des symptômes de déficience mentale comme des épisodes de perte de mémoire suffisamment évidentes pour être notées et mesurées, mais pas assez prononcées pour entraîner la perte d’autonomie. 
  • La troisième et dernière phase est celle de la démence déjà décrite par la médecine actuellement.

Le but de cette réforme est aussi de donner des indications de recherche aux laboratoires pharmaceutiques. Plus le diagnostic précoce deviendra possible, plus il sera possible de chercher des médicaments permettant de stabiliser l’évolution de la maladie avant que les symptômes de perte de mémoire apparaissent. 

Partager cet article

Sur le même sujet