Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Japon : vieillissement accéléré de la population

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 07/05/2011

0 commentaires

13,3 % de la population a moins de 15 ans

En 2009, seulement 13,3 pour cent de la population du Japon était âgée de moins de 15 ans — le plus faible pourcentage jamais enregistré par un pays. En 2030, selon les estimations du gouvernement, un japonais sur trois aura 65 ans ou plus et unjaponaisnne sur dix aura 14 ans ou moins. Le vieillissement du Japon se poursuit depuis maintenant presque quarante ans, faisant de l’archipel l’un des pays où les jeunes sont une espèce en voie de disparition. 

Cette situation démographique ne risque pas de s’arranger avec le temps, en raison du taux de natalité du Japon de 1,37 enfants par femme — l’un des plus bas du monde et bien en deçà du taux de remplacement d’environ 2,1.

Avant le tsunami qui a dévasté la région de Fukushima, le gouvernement japonais menait une couteuse politique d’aide familiale en distribuant 120 euros par mois et par enfant de la naissance jusqu’à la fin du premier cycle du secondaire. Une hausse des subventions était même attendue… jusqu’à la catastrophe. 

Aujourd’hui le gouvernement japonais cherche 300 milliards de dollars pour la reconstruction après le séisme et la relance de l’économie. Et le plan d’aide à la natalité parait bien menacé. Le Parlement a décidé de poursuivre les paiements courants pour les six prochains mois en raison du grand inconvénient” que provoquerait une cessation immédiate des versements au sein de bon nombre de familles. 

À la fin des six mois, le système de paiement complet pourrait être mis au rebut, selon Harumi Arima, un analyste politique et ancien assistant parlementaire. Cet abandon de l’aide risque de décourager plus encore les couples de faire des enfants. Les coûts d’éducation très importants dissuadent nombre de couples.

Les autorités peinent à mener une politique qui incite davantage à enfanter, du fait de budgets publics insuffisants. Les structures d’accueil sont notablement insuffisantes, particulièrement dans les grandes villes et, pour des raisons pratiques et économiques, les femmes doivent souvent choisir entre éducation au foyer et travail à l’extérieur.

Partager cet article

Sur le même sujet