Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Débats régionaux sur la dépendance : pour le Coderpa 54 les personnes âgées ne sont pas à vendre !

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 09/05/2011

0 commentaires

Lors du débat régional du la réforme de la dépendance qui s’est tenu le 26 avril à Nancy, le CODERPA 54 (Comité départemental des retraités et personnes âgées) était représenté par Marie Thérèse Andreux du syndicat des retraités CFDT santé.

Elle salue les améliorations qui ont eu lieu ces 30 dernières années. Mais estime qu“aujourd’hui, l’accompagnement des personnes en perte d’autonomie n’est pas à la hauteur de leurs besoins, et ce, malgré l’engagement des familles, de l’entourage, la volonté, la disponibilité et la compétence des personnels tant à domicile qu’en établissements.“
Depuis 2003, elle constate une régression constante des moyens alloués pour l’accompagnement” des personnes fragilisées et des effets d’annonce de plans dont les contenus sont intéressants mais sans moyens !

Des exemples :
- 2h10 maximum par jour pour accompagner une personne en grande perte d’autonomie, 10 à 15 minutes pour assurer les soins d’hygiène, cela ne peut qu’être maltraitant.
Changer seule une personne sans autonomie est un exploit et peut entraîner des maladresses.
- Des accueils de jour dont les frais de transport dépasse les capacités de solvabilisation des personnes
- Il manque des place un peu partout et le reste à charge est trop élévé 

Pour améliorer la situation, Me Andrieux milite pour un rapprochement des différents acteurs et souhaite que l’on donne la parole aux personnes âgées, retraités concernés pour que l’on ne fasse pas pour elles, que l’on ne pense pas pour elles”.

Pour elle, évoquer la dette publique pour mettre à mal l’APA, c’est réduire les personnes âgées à une variable d’ajustement financier, une monnaie d’échange. C’est une prise d’otages”.
Les besoins de financement sont estimés à 7 milliards d’euros rappelle Me Andrieu, 0,1% de CSG, c’est 1,1 milliards de recette !

Elle insiste justifier la création d’une assurance dite « dépendance » en comparant le processus à l’assurance voiture ou habitat est choquant et profondément absurde. Nous ne sommes pas à vendre”.

Elle souhaite que la nouvelle prestation (APA) reste un Droit Universel, une Allocation Universelle, financée par la solidarité, sans recours sur succession qui est dissuasif, comme ce fut le cas pour la PSD !
Elle veut que la barrière de l’âge soit supprimée.
L’évolution des conditions de vie fait appel à un changement de mentalité. Les plus âgées sont-ils une charge ou une chance pour notre société française ?
Les personnes âgées ont elles le droit d’exister
?
Comment explique t‑on que nous soyons obligés de redire que nous sommes des êtres humains ?
Sa conclusion : Humanisme ? Mercantilisme ? Il faut choisir”.

Partager cet article

Sur le même sujet