Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Financement de la perte d'autonomie : l'OCDE préconise un « universalisme ciblé ».

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 23/05/2011

0 commentaires

Créer des outils pour permettre aux citoyens de supporter les coûts

L’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) préconise, à l’occasion d’un rapport sur le financement de la perte d’autonomie, le développement d’une « couverture universelle des prestations dépendance » couplée à une mutualisation des risques financiers. 
Dans son rapport sur le vieillissement de la population et la dépendance publié mercredi 18 mai, l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) constate que de nombreux pays ont jusqu’à présent « élaboré leur politique de prise en charge de la dépendance au coup par coup, réagissant aux difficultés politiques ou financières de l’instant au lieu de façonner les mesures de manière durable et lisible ».
Le risque de voir le coût de l’aide et des services liés à la dépendance devenir rapidement inabordable amène l’institution à préconiser la mise en œuvre d’un universalisme ciblé. 

Mais la mise en place d’une couverture universelle n’empêche pas l’OCDE de préconiser d’orienter les prestations dépendance vers ceux « qui ont les besoins les plus forts”, à l’instar de la Corée et l’Allemagne qui ont institué une « participation de l’usager aux frais ».

Ce ciblage des aides peut prendre plusieurs formes
Concernant les ressources, l’OCDE propose à ses membres de « répartir l’effort de financement entre les générations.
Exemples : « En Allemagne, les retraités comme les actifs doivent verser une cotisation dépendance à une caisse d’assurance sociale. Des dispositifs innovants de cotisation volontaire comportant une adhésion automatique avec clause de retrait existent à Singapour et sont en cours de mise en œuvre aux États-Unis ».

Pour parer au coût de l’hébergement en établissement médicalisé de long séjour,l’OCDE propose la création d’instruments financiers spécifiques.
Exemples : des prêts hypothécaires peuvent être consentis aux propriétaires de leur logement pour les aider à trouver des ressources pour financer ces frais d’hébergement.

D’autres techniques existent comme un « systèmes d’achat d’obligations ou d’actions de la structure d’hébergement (Australie, Irlande), de mesures publiques visant à différer le paiement du séjour (États-Unis, Royaume-Uni), et de produits du secteur privé tels que le prêt viager hypothécaire et les dispositifs associant assurance vie et assurance dépendance ».
Partager cet article

Sur le même sujet