Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Personnes âgées en perte d'autonomie : le débat sur le financement continue

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 12/06/2011

0 commentaires

Fiscalisation du travail ou du patrimoine ?

Le débaut sur le financement de la perte d’autonomie fait rage. Les solutions ne manquent pas. Mais elles varient selon que l’on est de gauche ou de droite.

BACHELOT : AIDER LES FAMILLES MODESTES.

La réforme de la dépendance pourrait passer par une aide aux familles modestes”, un soutien aux proches des personnes âgées ou encore un développement d’une offre d’hébergement différente de la maison de retraite, a indiqué jeudi 9 juin Roselyne Bachelot, ministre des Solidarités.
L’un des groupes de travail ministériels
sur la dépendance a estimé qu’il faudrait 10 milliards de plus qu’aujourd’hui pour financer la dépendance, qui coûte actuellement autour de 24 milliards d’euros aux pouvoirs publics et 7 aux familles, a rappelé la ministre lors de la réunion de la Commission des comptes de la Sécu.
Voir les termes des débats en ligne sur www​.dependance​.gouv​.fr

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL (CESE) : TAXER LES RETRAITES ET LES SUCCESSIONS
.
La commission du Conseil économique, social et environnemental (Cese), chargée de réfléchir sur la réforme de la dépendance, propose d’aligner la CSG des retraités sur celle des actifs et de taxer les successions et donations, selon un projet d’avis, cité mardi 7 juin par Les Echos.
L’alignement du taux de la CSG des retraités (6,6%) sur celui appliqué
aux actifs (7,5%) — rapporterait 1,7 milliard d’euros, selon le projet d’avis qui préconise cette mesure à partir d’un certain seuil de revenus”.
Le Cese suggère aussi au gouvernement d’instaurer une taxe
de 1% sur les successions et donations qui rapporterait 1,5 milliard.
Rappelons de rapport de l’ex CES en 2004 par Maurice Bonnet Pour une prestation HID : Handicap-Incapacité-Dépendance.

PS : NONUNE JOURNEE DE SOLIDARITE BIS
Le Parti socialiste a estimé vendredi 10 juin, que la piste d’une seconde journée de solidarité pour financer la dépendance des personnes âgées s’apparentait à un deuxième fiasco en vue”, , vendredi, à trois jours du lundi de Pentecôte.
Le PS juge que sept ans après l’invention de la journée de solidarité du lundi de Pentecôte par le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, le bilan est piteux”. « Nos aînés ne sont pas mieux lotis qu’en 2003. Les ressources de la CNSA (Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie) sont siphonnées par l’assurance maladie à hauteur de 100 millions d’euros”.

ASSEMBLEE DES DEPARTEMENTS DE FRANCE (ADF) : OUI A L IMPOT SUR LA FORTUNE.

Le président de l’Assemblée des départements de France (ADF), Claudy Lebreton (PS), a demandé jeudi 9 juin au gouvernement une plus grande cohérence” en ce qui concerne le financement de la dépendance, estimant qu’il pourrait être assuré par l’Impôt de solidarité sur la fortune (ISF).
Le gouvernement ne peut pas d’un côté annoncer que le financement de la dépendance nécessite une enveloppe supplémentaire de 8 milliards d’euros et de l’autre, réduire régulièrement la contribution fiscale à la solidarité nationale des personnes les plus favorisées”, ajoute M. Lebreton en réclamant, au nom de la justice sociale, un retour à une plus grande cohérence”.

Ndlr : voir aussi les positions du Collectif Une societe pour tous les âges” et le Manifeste Pour un vrai 5e risque

Partager cet article

Sur le même sujet