Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Un résident sur deux en maison de retraite souffre de malnutrition

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 25/07/2011

0 commentaires

Un entretien avec le Dr Olivier Henry, chef du service gériatrie à l’hôpital Emile-Roux de Limeil-Brévannes

Très fréquente chez les personnes âgées, mais facilement dépistable, la dénutrition favorise le risque de chutes et le risque de devenir grabataire, souligne le Dr Olivier Henry, chef du service gériatrie à l’hôpital Emile-Roux de Limeil-Brévannes (AP-HP), à l’occasion de la présentation du 3e Programme national nutrition santé (PNNS).

Q : Qu’entend-on par dénutrition ?
R : La dénutrition c’est en fait surtout une perte de protéines. Les protéines entrent dans la constitution des tissus, la fabrication des éléments dont notre système immunitaire a besoin. Et la seule réserve de l’organisme, c’est le muscle.
Lorsqu’on ne mange pas, c’est dans les muscles que l’organisme va chercher les protéines dont il a besoin. Dans des âges avancés, il y a une perte du nombre de fibres musculaires (sarcopénie), une perte du volume et de l’efficacité des muscles qui aboutit à une certaine fragilité et par exemple à des difficultés pour marcher et à maintenir son équilibre”.

Q : Quelles en sont les causes et comment la dépiste-t-on ?
R : Tout ce qui est infections, cancers, maladies un peu longues favorise la dénutrition. Mais aussi les difficultés socio-économiques, parce que sont des gens qui ne mangent pas suffisamment ou qui mangent des produits de basse qualité et pas assez de protéines. On ne sait pas assez que l’oeuf est excellent en termes d’apport protéique.

Si vous mangez des calories vides” comme des petits gâteaux, ça ne limitera pas la dénutrition. Ce qu’il faut c’est des briques, pour reconstituer le corps qui est en train d’utiliser ses propres constituants pour survivre.

C’est très facile à dépister. L’indice de masse corporelle est déjà une bonne indication. On considère qu’un individu est dénutri lorsque son IMC est inférieur à 18. Il y a aussi des dosages sanguins, comme celui de l’albumine.
Après 75 ans, le dépistage doit être systématique. A partir de 75 ans, une personne sur deux qui est hospitalisée ou en maison de retraite, est dénutrie”.

Q : Quelles sont ses conséquences ?
R : Le risque c’est de devenir un individu ou un vieillard fragile : la mobilité est réduite, le risque de chutes plus important et le risque de défaillances d’organes est accru (insuffisances cardiaque, rénale, difficultés respiratoires…).

Partager cet article

Sur le même sujet