Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Carpe Diem : se concentrer sur les forces plutôt que les faiblesses. Une approche qui fait bande à part

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 22/08/2011

0 commentaires

Une approche qui fait bande à part

Le site Internet du Quotidien québecois Le devoir” présente la maison Carpe Diem dans son édition du 12 août. Reconnue pour son approche bien particulière des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer fondée sur les forces des personnes plutôt que sur leurs pertes.

Au premier coup d’œil, la maison Carpe Diem, à Trois-Rivières, est une maison comme une autre. Un escalier, une cuisine, un salon. Des gens de différents âges qui discutent, qui partagent un même espace. 

Même si la maison accueille des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, les portes n’y sont pas verrouillées. Les personnes qui sont jugées aptes à le faire peuvent d’ailleurs sortir marcher, seules, dans la ville.

C’est le cas de Mme Lorraine Rheault, qui réside dans cette maison depuis quelques mois, ou encore de M. Gérard Desharnais, qui aime se balader à son rythme dans la ville.

La maison Carpe Diem est reconnue à travers le monde pour son approche bien particulière des personnes souffrant d’alzheimer. Combinant les services à domicile, les services de jour et de soir et l’hébergement, elle mise avant tout sur les forces des personnes touchées par cette maladie. Lorsqu’on fait la cuisine, on invite, si elles le veulent, les personnes atteintes d’alzheimer à participer à la préparation du repas. Les services à domicile sont aussi dispensés en collaboration avec ces personnes.

Selon Nicole Poirier, directrice de Carpe Diem, cette approche, qui est fondée sur les forces des individus plutôt que sur leurs pertes liées à la maladie, a un effet bénéfique sur leur santé.

Lire l’intégralité de l’article sur LeDevoir​.com“


Et retrouvez aussi
- Nicole Poirier qui présente son actualité et les combats qu’elle mène au cours d’une interview réalisée par Annie de Vivie, en juillet 2011
- L’intervention de Nicole Poirier lors du 2è colloque international (2009) sur les Approches non médicamenteuses de la maladie d’Alzheimer” organisé par Agevillage et les Instituts Gineste-Marescotti. 

Partager cet article

Sur le même sujet