Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Les bénéficiaires de l'allocation compensatrice pour tierce personne et de la prestation de compensation du handicap

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 28/08/2011

0 commentaires

Deux populations bien différentes

Trois ans après la mise en place de la prestation de compensation du handicap (PCH) qui est vouée à succéder à l’allocation compensatrice pour tierce personne (ACTP), la DREES a mené une enquête auprès d’un échantillon de bénéficiaires de l’une ou l’autre de ces prestations.

Ces populations souffrent le plus souvent d’une déficience motrice (42% des allocataires de la PCH et 37% de ceux de l’ACTP ont une déficience principale motrice) mais diffèrent fortement sur les autres types de déficience : les déficients intellectuels et visuels sont plus nombreux parmi les allocataires de l’ACTP tandis que parmi les allocataires de la PCH, on trouve davantage de personnes ayant une déficience auditive ou langagière.

Même si la PCH couvre divers types d’aides (aides humaines, mais aussi aides techniques ou aménagements du logement par exemple), la prestation est principalement attribuée pour financer de l’aide humaine, le plus souvent pour dédommager un aidant familial. 

Les bénéficiaires de l’ACTP peuvent conserver leur allocation ou basculer vers la nouvelle prestation, la PCH. Le choix pour l’une ou l’autre prestation est fortement lié au type de déficience de la personne, mais aussi à la nature et à l’importance des besoins d’aide. Il apparaît ainsi que les allocataires qui ont opté pour la PCH ont des besoins relativement élevés aussi bien en aides humaines qu’en aides matérielles. La PCH serait alors plus adaptée à leurs besoins que l’ACTP qui ne couvre que l’aide humaine. 

Accédez à l’étude DREES

Partager cet article

Sur le même sujet