Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

« Bouger 30 minutes par jour, c'est facile » : bilan positif pour la campagne de l'Inpes

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 05/09/2011

0 commentaires

Signalétique inpes bouger c'est la santéEntre novembre 2010 et juin 2011, l’Inpes a déployé dans neuf villes une signalétique aidant les citoyens à prendre conscience que des trajets courts sont réalisables à pieds. Objectif : inciter à la marche.
Présente à la sortie des gares et en devanture des commerces de proximité, cette signalétique se présentait sous la forme de fléchage d’itinéraires exprimés en temps de marche à pied – « Centre ville : 10 min », par exemple.
Pour en mesurer l’impact, un post-test a été réalisé : le bilan est positif même si le message essentiel n’est pas toujours perçu.


Réalisé du 9 au 16 mai 2011 par le biais d’Internet, le post-test a porté sur un panel de 3 149 personnes, dont 2 622 résidant dans une des 9 villes où la signalétique était présente (Paris, Marseille, Lyon, Nice, Nantes, Bordeaux, Lille, Nancy et Meaux) et 527 dans cinq municipalités qui n’en ont pas bénéficiée (Toulouse, Strasbourg, Montpellier, Rennes et Reims). L’étude visait à connaître le regard des habitants sur le dispositif et mesurer son efficacité.

31 % des habitants des villes avec signalétique ont mémorisé les panneaux de l’Inpes et 72 % sont capables de les reconnaître. Les personnes interrogées ont apprécié le dispositif mais reconnaissent cependant ne pas en avoir toujours compris le principe. 69 % jugent les panneaux « utiles pour eux-mêmes », pour s’orienter dans la ville (27 %) mieux gérer leur temps (34 %). 23 % seulement citent l’incitation à la marche.

L’enquête révèle que 71 % des habitants de villes avec signalétique se sentent concernés par le dispositif, avec une part plus importante de femmes et de personnes marchant déjà plus de trente minutes par jour ou utilisant les transports en commun. Les hommes et les personnes motorisées y sont moins réceptifs.

22 % des personnes interrogées ayant vu les panneaux ont déjà modifié certaines de leurs habitudes et 25 % en ont l’intention (villes avec dispositif). Ceux-ci entendent alors modifier leurs comportements sur de courts parcours ou de promenades plutôt que sur leurs déplacements vers le lieu de travail, par exemple. Mais 53 % affirment ne rien souhaiter changer.

La majorité des répondants estime que le dispositif impacte positivement les villes qui en bénéficient. Celles-ci apparaissent soucieuses du bien-être de leurs habitants et de l’environnement. Près de 60 % des personnes interrogées considèrent que les panneaux mettent en avant les lieux et quartiers intéressants, et 42 % qu’ils rendent la ville plus conviviale.

L’objectif est maintenant que les villes ayant expérimenté la signalétique la pérennisent et que de nouvelles municipalités adhèrent au projet (une trentaine a pris contact avec l’Institut, qui mettra prochainement à leur disposition un kit d’accompagnement pour faciliter la mise en place de la signalisation).

A lire aussi :
Le dépliant de l’inpes : Bouger chaque jour c’est bon pour la santé
Le programme de l’inpes pour les 50 ans et plus sur le site manger — bouger

Partager cet article

Sur le même sujet