Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Personnes âgées, ostéoporose et bisphosphonates

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 12/09/2011

0 commentaires

L’agence sanitaire américaine s’inquiète des risques après cinq ans d’utilisation

L’agence sanitaire américaine, la Food and drug administration, a rendu public le 9 septembre, le rapport d’un panel d’experts consacré à l’usage sur le long terme des médicaments contre l’ostéoporose, une maladie des os qui fragilise surtout les femmes après la ménopause. 

L’agence a évalué l’innocuité des médicaments, de la classe des bisphosphonates — Aclasta, Actonel, Altevia, Boniva, Fosamax, et Reclast . pendant près de quatre années. Il n’est pas exclu que ces produits soient liés à des fractures de la cuisse et à la détérioration inhabituelle des os de la mâchoire. Les médicaments sont pris le plus souvent par les femmes ménopausées atteintes d’ostéoporose. 

L’agence sanitaire américaine estime qu’il existe des risques de nécrose de l’os, de la mâchoire et de fractures du fémur, os de la cuisse chez les femmes qui avaient pris les médicaments pendant plusieurs années ou plus.

Le panel d’experts a précisé que les étiquettes sur les médicaments qui relèvent de la classe des bisphosphonates, devraient préciser clairement qu’un usage au-delà de cinq ans présente des risques. 

Quatre millions à 5 millions d’Américains prennent chaque année ces produits selon la FDA

« Les preuves sur une association possible entre les bisphosphonates oraux et le cancer de l’œsophage n’ont pas été établies avec suffisamment de preuves,” déclarent aussi les examinateurs de la FDA. Aucune conclusion ne peut être tirée d’une utilisation prolongée des bisphosphonates en relation associée au cancer oesophagien.

Les bisphosphonates ont généré 4,2 milliards de dollars en ventes américaines l’an dernier et 7,6 milliards de dollars dans le monde, selon IMS Health. 

Partager cet article

Sur le même sujet