Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Les seniors confrontés à des cotisations de complémentaire santé écrasantes

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 26/09/2011

0 commentaires

Avec une moyenne de 190€/mois en 2020, le tarif des complémentaires pourraient représenter plus de 10% des revenus

Alors que le gouvernement présentait jeudi 22 septembre le projet de loi 2012 de financement pour la Sécurité Sociale, la veille, l’UFC Que Choisir rendait public son analyse alarmante sur le coût de la santé pour les usagers. Celle-ci souligne que le reste à charge, déjà douloureux depuis plusieurs années (6,7 milliards d’euros supplémentaires entre 2006 et 2010, pour atteindre 41,9 milliards), va continuer de s’alourdir pour devenir totalement insupportable, particulièrement pour les seniors.

La part des dépenses de santé prises en charge par l’assurance maladie, en inexorable recul depuis 2004, a atteint en 2010 son niveau le plus bas depuis 1973, occasionnant un impressionnant transfert de charges vers les usagers ou leurs complémentaires santé, de 2,3 milliards d’euros.

Selon l’UFC-Que Choisir, en 2010 chaque Français a dépensé en moyenne pour se soigner 665€. « Les dépenses de santé augmentent 2 fois plus vite que les revenus ». Alors que l’Etat annonce « avec culot » que le reste à charge diminue. Pour l’Union de consommateur, le ministre de la Santé oublie de prendre en compte les cotisations aux mutuelles et aux assurances privées. La présentation est « sournoise ».

A ce désengagement de la solidarité nationale s’ajoute, avec le plan de rigueur, la hausse au 1er octobre de la fiscalité sur les contrats d’assurance santé, présentée par le gouvernement comme indolore pour le consommateur car absorbable par les organismes complémentaires. Répéter chaque année une contre-vérité n’en fait pas une vérité ! Les augmentations de taxes, en flot continu depuis 2005 (multiplication par 7 entre 2005 et 2011, pour atteindre 75 € de taxes par personne couverte et par an) sont systématiquement répercutées sur les consommateurs. C’est ainsi qu’entre 2005 et 2009, les cotisations ont augmenté 56 % plus rapidement que les prestations versées. 

Déjà fragilisés par le report sine die de la réforme de la dépendance, les seniors sont les plus confrontés à des cotisations de complémentaire santé écrasantes. Ainsi, en 2011, sur les 335 contrats analysés par l’association, leur cotisation atteint en moyenne 90 € par mois et par assuré, soit 5,8 % de leurs revenus. L’augmentation par rapport à 2010 est spectaculaire : + 11,8 %, à garanties inchangées ! 

En l’absence de nouveaux transferts de charges, le taux d’effort des seniors pour l’acquisition d’une complémentaire atteindrait 8,9 % de leur revenu en 2020. Et, si le dramatique désengagement de l’assurance maladie continuait au même rythme que depuis 2004, la fièvre tarifaire des complémentaires santé monterait jusqu’à une moyenne de 190 € par mois en 2020, soit 10,1 % de leur revenu !

Très attachée à un accès égal aux soins pour tous, l’UFC – Que Choisir demandait aux parlementaires
appelés à examiner le PLFSS pour 2012 :
- de sanctuariser le périmètre d’intervention de la solidarité nationale, qui doit cesser son inquiétant déclin ;
- de revaloriser l’aide à la complémentaire santé (ACS) pour les personnes de plus de 50 ans, mesure intégralement finançable avec les excédents dégagés par le Fonds CMU ;
- d’accentuer la concurrence dans le secteur de l’assurance santé pour faire baisser les frais et les marges, notamment par la publication, pour chaque contrat, du niveau de remboursement en euros pour les dix actes les plus courants du parcours de soins.

En savoir plus sur le site de Que Choisir

Partager cet article

Sur le même sujet