Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Arras: une résidence fait cohabiter personnes âgées, familles et handicapés

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 17/10/2011

0 commentaires

Une institution pour tous les âges

Une résidence d’Arras (Pas-de-Calais), qui accueillait déjà des personnes âgées et des familles, a ouvert ses portes à douze jeunes trisomiques dans le but de faire cohabiter ces différentes populations et de combattre la solitude.

« Le bailleur social voulait faire une résidence intergénérationnelle, nous sommes allés le voir pour l’étendre au handicap », a expliqué Emmanuel Laloux, président de l’association Down Up, selon lequel il s’agit d’une première en France, en présentant le dispositif samedi.

Dans le deux-pièces de sa fille

Eléonore, 26 ans, l’évier, la cuisinière mais aussi la table à manger sont abaissés afin de correspondre à sa petite taille. Comme 11 autres trisomiques, la jeune femme habite seule depuis deux mois seulement. « La première nuit ça m’a fait drôle, j’avais un peu le vertige, mais j’en ai de moins en moins », confie-t-elle. 

La résidence, l’Ilôt Bon Secours, abrite une soixantaine de logements en mêlant les générations, à savoir des personnes âgées et des couples avec enfants, dans une ancienne clinique entièrement rénovée par Pas-de-Calais Habitat, pour un coût de 17 millions d’euros.

Dix appartements sont en outre réservés aux jeunes atteints du syndrome de Down. Comme Elise, qui travaille dans une crèche et dans une école, ou Mario, en CAP restauration. « On sent bien qu’il a envie d’indépendance par rapport à nous. Il faut apprendre à passer le relais », explique son père, Michel.

Des aide-ménagères viennent aider les résidents handicapés à préparer leur repas et garder en ordre leur appartement.A l’entrée, un kiosque animé par les jeunes handicapés devrait ouvrir bientôt. Il servira de dépôt de pain et de presse, et les jeunes pourront rendre de menus service aux autres résidents. Un moyen, selon M. Laloux, de « prévenir la solitude et de les aguerrir ».
Au sein de la résidence, une crèche où certains résidents âgés viennent lire des histoires aux enfants.
Des locaux commerciaux doivent attirer un public extérieur afin de multiplier les interactions.

Partager cet article

Sur le même sujet