Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Trouver son lieu de vie

Ehpad : trop de neuroleptiques sur les résidents des maisons de retraite

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 17/10/2011

2 commentaires

La camisole chimique va bon train

Une étude du Pr Yves Rolland du CHU de Toulouse présentée aux journées annuelles de la Société française de gériatrie et de gérontologie (SFGG) qui a eu lieu début octobre à Paris a confirmé l’utilisation massive des psychotropes par les résidents des maisons de retraite touchés par la maladie d'Alzheimer.

Cette étude a été menée avec le concours des médecins coordonnateurs de 300 Ehpad privés (Etablissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) répartis sur le territoire national. Elle avait pour but d’élucider les liens entre la consommation de psychotropes et les entrées et sorties des résidents en Ehpad.

Ces médecins avaient pour consigne de s’intéresser aux huit derniers résidents entrants ou sortants au cours des trois derniers mois.

Sur la période étudiée, les chercheurs ont pris en compte 2 231 résidents. Ils noté que des échanges importants avaient lieu entre l’Ehpad et l’hôpital. Deux résidents sur trois ont quitté l’Ehpad pour l’hôpital ou l’hôpital pour un retour en Ehpad. 

45% de ces résidents étaient diagnostiqués « Alzheimer » et un sur deux recevait un traitement spécifique.
Alors que les prescriptions de psychotropes concernent 70% des résidents, les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer se voyaient prescrire ce type de molécules plus souvent que les autres (76% contre 64,3%)

Cette étude menée en collaboration avec le laboratoire Lundbeck confirme ce que l’on savait déjà à savoir que la prescription de psychotropes et notamment de neuroleptiques est très élevée en Ehpad, en particulier chez les résidents atteints d’une maladie d’Alzheimer”.

Les chercheurs recommandent un programme de formation et d’information sur la filière gériatrique compte tenu des risques de morbidité liés à la prise de neuroleptiques. 

Partager cet article

Raphaëlle Murignieux

Bonjour, en avez-vous parlé avec le médecin traitant de votre mère ? Qu'en pense-t-il ? Avez-vous évoqué le sujet avec d'autres familles, pour voir si elles constataient la même chose pour leur proche ? Si vous pensez que les prescriptions ne sont pas respectées, vous pouvez aussi commencer par demander un rendez-vous à la direction, et éventuellement saisir la personne qualifiée du département dans lequel se trouve l'Ehpad (voir ici : https://www.agevillage.com/actualites/14562-1-vos-droits-en-etablissement-comment-saisir-une-personne-qualifiee).
Les autres recours possibles : la Défenseure des droits, Allo maltraitance (3977) qui saura vous orienter.

Nespoux Brigitte

Bonjour
Votre article sur les neuroleptiques en Ehpad date de 2011. Or je constate aujourd’hui qu’il est toujours d’actualité.
Ma mère atteinte de démence est victime de cette camisole chimique qui l’a rend totalement dépendante. En 3 semaines, elle n’en peut plus boire, manger, se laver, ni se déplacer seule. La raison ? Des neuroleptiques à dose énorme. J’ai réussi à faire baisser la dose, mais je ne suis pas convaincue que les doses ont été baissées.
Je me sens totalement impuissante et j’ai besoin de vos conseils car je vois bien un glissement du comportement de ma mère. Je considère qu’elle subit une forme de maltraitance autorisée et il ne m’est pas concevable de la laisser dans un tel état
Je vous remercie de l’aide que vous pourrez m’apporter.
Bien cordialement
Brigitte Nespoux