Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Edito : vers un label pour les maisons de retraite ?

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 24/10/2011

0 commentaires

Les maisons de retraite” innovent. 

Vous le savez, à la lecture de nos actualités hebdomadaires, nous cherchons à mettre en avant les initiatives positives : les prises de parole des résidents eux-même sur les thèmes qui les intéressent (le LRI cette semaine, l’opération Lettre à ”), les approches innovantes pour accompagner les personnes atteintes de troubles cognitifs, les innovations (Prix/​Agevillage jardins), le déploiement des technologies qui permettent de garder, d’enrichir les liens malgré les handicaps, les maladies (Ateliers Internet Prix Lieu de Vie — Lieu d’envie)…

Agevillage propose également aux résidents de donner leur avis sur leur maison de retraite. Nous militons pour le déploiement de conseils de la vie sociale” (CVS). Notre activité de formation vers les professionnels enseigne l’approche Humanitude” qui veut faire évoluer les milieux de soin en milieux de vie.

Malgré nos efforts, malgré la médicalisation des établissements, malgré les efforts architecturaux pour limiter les chambres doubles, malgré la gratitude que de nombreux résident manifestent envers les professionnels du soin (“Je vous trouve si belles”), l’image des maisons de retraite reste globalement négative.

Elle est entachée par le reste à charge des résidents et de leur famille (2200 euros/​mois en moyenne) au regard de la qualité des prestations servies. 

Les résultats financiers des groupes de maisons de retraite privés sont à contrario toujours plus performants, au point que certains ouvrages grand public n’hésitent pas à titrer sur l’Or gris” des établissements pour leurs actionnaires.

Les professionnels et les associations de familles réclament depuis des années un renforcement des équipes pour répondre à l’augmentation des besoins en soins, surtout en EHPAD. Des situations potentiellement génératrices de maltraitance… (N° d’appel national 3977).

Rien ne se fera tant que les pouvoir publics ne proposeront pas des indicateurs qualité qui permettront aux personnes de choisir l’établissement qui leur convient, d’obliger les groupes à maintenir voire dépasser le niveau de qualité de service, dans la durée, Il ne faut plus que les maisons de retraite soient les châteaux hantés du XXIé siècle” (expression du sociologue Mohamed Malki). 

Partager cet article

Sur le même sujet