Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

L'Europe se mobilise contre la pauvreté des personnes âgés

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 24/10/2011

0 commentaires

A l’occasion de la Journée internationale de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale du 17 octobre et de la première Convention annuelle de la Plateforme européenne de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale des 17 – 18 octobre à Cracovie (Pologne), la plateforme Age alerte afin que soit garanti un revenu minimum de vieillesse capable de prévenir la pauvreté chez les personnes âgées et veut faire assurer un revenu qui leur préserve un niveau de vie décent et soit respectueux de leur dignité personnelle.

A l’heure où les gouvernements prennent des mesures budgétaires drastiques, une évaluation de l’impact de la crise sur la vie quotidienne des millions de personnes âgées européennes est indispensable. en particuliers pour les groupes les plus vulnérables ( femmes âgées, personnes touchant le revenu minimum de vieillesse, personnes très âgées vivant seules ou en zone rurale, les roms et les migrants âgés, les personnes âgées issus de minorités ethniques, etc. ). Ces populations sont tout particulièrement touchées par la réduction d’avantages en nature, notamment les soins de santé et les soins de longue durée gratuits, les moyens de transport subsidiés, les chèques logement et combustible, etc.

La Plateforme AGE demande aux états membres de mettre en œuvre des plans de revenu vieillesse afin d’assurer aux citoyens âgés un revenu suffisant qui tiendrait compte de ce que les personnes âgées elles-mêmes considèrent comme essentiel pour préserver un niveau de vie décent et leur dignité personnelle.

AGE réclame :
- l’utilisation de critères de mesures du taux de pauvreté qui englobent les trois indicateurs proposés (chômage, pauvreté relative et privation matérielle) afin de déterminer précisément la réalité sociale des différents groupes de la population et les risques spécifiques auxquels ceux-ci sont confrontés ;
- la définition de normes budgétaires nationales afin de garantir un revenu de vieillesse adéquat permettant de maintenir un niveau de vie décent et de vieillir dans la dignité ;
- le renforcement de la dimension sociale de l’Europe 2020 au travers de la Méthode ouverte de coordination en matière de protection et d’inclusion sociale qui relie les politiques au niveau national et européen et implique la société civile.

Les normes nationales doivent être adaptées aux différents groupes de la population âgée, prenant notamment en considération la dimension du genre et des différentes tranches d’âge : 60 – 79 et 80+. Elles devraient également tenir compte des besoins autres que financiers des personnes vieillissantes, tels que l’accès à des services de qualité en matière de santé et de soins de longue durée, de logement décent, de chauffage, de transport public, d’apprentissage tout au long de la vie, de participation sociale ou civique, etc.

Une évaluation adéquate de la situation et des besoins de la population âgée de l’UE est nécessaire si l’on veut s’assurer que ce groupe soit effectivement pris en compte dans les stratégies nationales et locales de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale et si l’on veut faire en sorte qu’un grand nombre d’entre eux sorte de la pauvreté d’ici 2020.

Pour plus d’informations, lire l’intégralité du message de AGE daté du 17 octobre (en anglais)

Partager cet article

Sur le même sujet