Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Consultations médicales : les trop longues attentes première cause des renoncements aux soins, selon une étude CSA

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 26/10/2011

0 commentaires

Difficulté d’organisation des médecins et pénurie dans certaines spécialités

Une étude, réalisée en juin 2011 par l’institut CSA auprès de 1006 personnes et publiée en avant-première par « le Parisien » — « Aujourd’hui en France » dans son édition du 20 octobre 2011, révèle que les délais d’attente trop longs sont la première cause de renoncement aux soins. 


L’étude montre qu’un sondé sur trois rencontre des difficultés pour consulter un généraliste et 43% un spécialiste
(ophtalmologistes, gynécologues, dentistes, dermatologues…). Une personne sur dix renonce a consulter son généraliste. Ce renoncement touche une personne sur cinq quand il s’agit de voir un spécialiste.

Le temps passé en salle d’attente et la difficulté à obtenir un rendez-vous sont les premiers motifs de difficulté avancés par le panel. 

Le coût, 5e motif de renoncement. Seuls 3% du panel jugent le coût des consultations dissuasif. Ce taux atteint 6% quand il s’agit des spécialistes pratiquant des dépassements d’honoraires.

Réalisée pour le compte de l’Union régionale des professionnels de santé (URPS) du Languedoc-Roussilon, cette étude met en lumière les difficultés d’organisation des médecins, ainsi que leur pénurie dans certaines spécialités.

Président de l’URPS, Jean-Paul Ortiz estime dans le Parisien que ce sondage justifie « un plan Marshall pour aider les médecins à s’organiser pour faire face à une demande croissante ». La solution, selon ce néphrologue, membre du bureau de la Confédération des syndicats médicaux français, « c’est de favoriser les regroupements, les pôles de santé libéraux, les maisons de santé pluridisciplinaires ».

Partager cet article

Sur le même sujet