Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

L'entraide une solution à la crise pour 71% des Français selon un sondage Sofres

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 14/11/2011

0 commentaires
Les Français ressentent de plus en plus d’agressivité. Même s’ils ont souvent peur de la mettre en pratique, ils considèrent la gentillesse comme une valeur positive. 70 % des Français pensent que davantage d’entraide serait une solution à la crise actuelle.
Tels sont les enseignements majeurs du sondage TNS Sofres (et sa comparaison avec le même sondage réalisé en 2010) réalisé pour la Journée de la gentillesse du dimanche 13 novembre qu’organise pour la 3ème année consécutive le magazine Psychologies”.

47 % des Français déclarent ressentir de l’agressivité, de l’animosité, de la méchanceté chez les autres.

Les lieux identifiés comme les plus difficiles sont tous en hausse : la voiture (64 % + 8 points vs 2010), le travail (37 % + 4 points), les transports commun (33 % + 7 points). L’agressivité est aussi ressentie par nos concitoyens quand ils font leurs courses (33 % + 4 points), en famille (26 % + 7 points), etc.

A une écrasante majorité, 70 % des Français estiment que davantage d’entraide serait une solution pour sortir de la crise actuelle. Un score encore plus marqué chez les 15 – 34 ans, en particulier chez les hommes.

La gentillesse est une valeur très positive… Contrairement aux idées reçues, la gentillesse est plébiscitée comme une qualité humaine essentielle.
« Pour vous, être gentil, c’est avant tout … ? » Etre attentionné 52 %Etre utile aux autres 49 %Les qualificatifs négatifs arrivent en queue de liste : intéressé (7 %), faible (2 %). Sa mise en pratique au quotidien progresse… En un an, les réticences à agir avec gentillesse ont nettement reculé.
Qu’est-ce qui vous empêche d’être gentil ? 33 % ont peur de se faire avoir ou passer pour un imbécile (– 8 points vs 2010); 26 % ont peur d’être envahi ou trop sollicité (-6 points) ; 25 % par manque de temps (- 4 points); 24 % par besoin de se faire respecter (-8 points).

Internet est désigné comme un frein au lien entre les gens. Malgré la multiplication des réseaux et des sites d’entraide, Internet est d’abord considéré comme un vecteur d’individualisme et de repli sur soi.
« Diriez-vous que l’usage d’Internet, à travers les réseaux sociaux, les forums, les blogs contribue à renforcer…» Les liens entre les gens et la solidarité 36 %. Le repli sur soi et le manque de disponibilité envers les autres : 53 % (50 % parmi les utilisateurs).
Seuls les 15 – 24 ans ne sont pas d’accord : 56 % trouvent qu’Internet crée des liens.

En savoir plus sur ce sondage et la journée de la gentillesse sur le site de Psychologies”

Partager cet article

Sur le même sujet