Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Maison de retraite à Bourg en Bresse : des familles doivent nettoyer la chambre de leurs parents

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 25/11/2011

0 commentaires

Le Progrès du 21 septembre 2011 publie la photo de Gérard Desauge un balai brosse à la main, en train de nettoyer la chambre de sa mère hébergée et soignée à la maison de retraite Pélicand à Bourg en Bresse, qui dépend du Centre Hospitalier.

Cela fait six ans qu’il nettoie la chambre de sa mère. Mais cette fois, il en marre, il veut que cela se sache.
1500 euros par mois, l’établissement de 200 résidents propose des tarifs dans la fourchette basse de la moyenne nationale évaluée à 2200 euros par l’IGAS.

Les résidents et les familles disent ne pas en vouloir au personnel
L’Amicale des Familles au sein de l’établissement, par la voix de son président Michel Fonquernie, « n’incrimine surtout pas le personnel. Il n’y a pas suffisamment d’agents de service hospitalier pour nettoyer partout. C’est très grand ». Les couloirs sont propres, mais pas les chambres témoigne une autre fille qui a souhaité rester anonyme.
« Il faut se battre ensemble pour des améliorations » lui glisse le président de l’Amicale des Familles.

L’association a déjà écrit au Conseil général pour dénoncer le manque de personnel et donc le manque « d’attention portée à chaque résident en terme de soins relationnels, d’alimentation, de surveillance simultanée, de propreté, d’hygiène des locaux… »

En 2009, l’Amicale avait organisé une manifestation pour demander des moyens et refuser une augmentation de 190 euros des tarifs hébergements.

Précisions de la direction de l’établissement
 — tarif journalier hébergement : 44,63 €/​jour (pour les plus de 60 ans), 57,93 €/​jour (moins de 60 ans),
- tarifs dépendance : Gir 1 et 2 : 15,34 €, Gir 3 et 4 : 9,74 €; Gir 5 et 6 : 4,13 €
 — GMP (Gir moyen pondéré = niveau de besoin d’aides des résidents) : 759 fin 2010 (+ 50 points en un an).
L’établissement a obtenu en 2008 des moyens humains complémentaires (2 infirmières, 1 aide-soignante (AS), 2 agents de services hospitaliers (ASH) et en 2011 3 aides-soignantes et deux Agents se service dédié à l’entretien des locaux notamment).“
La direction reconnaît que ces créations de poste sont partiellement atténuées par l’augmentation du besoin d’aide des résidents (dépendance) et par la difficulté à fidéliser le personnel.
Elle a programmer une réhabilitation totale de la résidence sur quatre ans, projet qui sera soumis aux autorités de tutelle” dont les ARS (Agence régionale de santé) et le Conseil général.
Le communiqué de la direction salue le dévouement, le sens de l’interêt général et le souci de l’autre, valeurs” partagées par les salairés et la direction de l’établissement.

Notre rédaction a souhaité donner la parole au président du CVS (Conseil de la vie sociale). Mais celui-ci vient de décéder. L’élection partielle aura lieu en janvier prochain.

Partager cet article

Sur le même sujet