Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

CFDT et Personnes âgées : la perte d'autonomie, une question cruciale

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 28/11/2011

0 commentaires

Les maisons de retraite sont trop chères

Entre septembre et novembre 2011, les militants de la CFDT Retraités ont interrogé plusieurs milliers de personnes sur les questions liées à la perte d’autonomie. 4 730 questionnaires ont permis de cerner la perception de la perte d’autonomie.

Profil des répondants
45 % sont des hommes et 55% sont des Femmes. Un tiers (35 %) a moins de 66 ans, un second tiers est âgé de 66 à 75 ans et un autre tiers (30 %) à 75 ans et plus. Neuf répondants sur 10 sont en retraite. 95 % vivent à leur domicile. Six sur dix en couple.
Près de sept retraités sur 10 vit en zone urbaine.

48 % des répondants adhérent à une organisation syndicale de salariés ou de retraités.
A l’inverse, 67 % ne sont pas adhérents à une association de retraités (club du 3e âge…)

Catégorie socioprofessionnelle d’origine :
Ouvriers /​employés : 49 %
Techniciens agents de maîtrise : 19%
Cadres : 23 %
Divers : 5 %
Sans profession : 4 %.

Montant des ressources :
Moins de 1 200 € : 20 %
De 1 201 à 2 000 € : 35 %
Entre 2 001 et 3 000 € : 27 %
Plus de 3 000 € : 18 %.

La réalité du besoin d’aide à l’autonomie
Quatre personnes sur dix sont directement concernées par les besoins d’aides à l’autonomie (la dépendance”).
17 % pour eux-mêmes. Et 22 % pour un proche.

Où trouver l’information ?
39 % iraient d’abord chercher l’information auprès d’une association d’aide aux personnes âgées et 34 % auprès du médecin.
Seuls 21 % s’adresseraient à des CLICS (Centre local d’information et de coordination) ou auprès des services du conseil général (11 %).

Le domicile plébiscité
Même en cas de perte d’autonomie, les répondants plébiscitent à 78 % la solution du domicile. Le foyer logement et la maison de retraite médicalisée ne recueillent que 8 % des avis favorables, chacun.

Quels types d’aide ?
Interrogés sur le fait de savoir si « les services d’aide à domicile sont à proximité de chez vous ? » Les réponses sont partagées : 24 % « ne savent pas » et 23 % pensent qu’ils sont « trop éloignés ». A l’inverse 20 % estiment que cette proximité est « satisfaisante », et 32 % en « partie satisfaisante ».

Les efforts devraient être apportés en priorité :
 — aux services d’aide ménagères : 55 %
 — à l’adaptation du logement : 32 %
 — à la qualité des soins infirmiers : 27 %.
La qualité des repas, la télé-alarme, les loisirs ou les transports apparaissent moins prioritaires (17 % chacun).

Maison de retraite : une solution… trop onéreuse
8 personnes interrogées sur dix « appréhendent d’entrer en maison de retraite ».
75 % estiment que « ça soulage la famille et les proches ».
64 % pensent que « ça permet de rompre l’isolement ».
Et 62 % estiment que « c’est une bonne solution si on est dépendant ».
76 % considèrent que « leur coût n’est pas supportable ».
Et 76 % estiment qu’il n’est pas « normal que la famille soit mise à contribution financièrement si nécessaire ».

Partager cet article

Sur le même sujet