Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Les solvants impliqués dans la maladie de parkinson ?

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 19/12/2011

0 commentaires

Selon l’INRS, la prévention des expositions professionnelles s’impose

Une étude publiée dans la revue Annals of Neurology montre un lien possible entre l’exposition à certains solvants (trichloréthylène et perchloroéthylène) et la survenue de la maladie de Parkinson. Selon les chercheurs, l’exposition professionnelle augmenterait significativement le risque de développer la maladie. L’Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS) s’appuie sur cette étude pour recommander des mesures dans la vie professionnelle.

Les solvants sont utilisés dans de nombreux secteurs industriels.
On sait depuis longtemps que ces produits chimiques peuvent avoir des effets néfastes sur la santé des salariés exposés. Une exposition régulière, même à faible dose, peut entraîner à plus ou moins long terme des atteintes, dont certaines sont irréversibles (cancers, insuffisances rénales ou hépatiques, impact sur la reproduction…).

Les travaux de chercheurs américains publiés dans la revue Annals of Neurology en novembre 2011 montrent que le trichloréthylène et le perchloroéthylène, des solvants d’utilisation courante dans l’industrie, pourraient également augmenter les risques de survenue de la maladie de Parkinson chez les travailleurs exposés. La maladie de Parkinson est une pathologie neurodégénérative grave affectant le système nerveux central. Très invalidante, elle se caractérise notamment par des tremblements, un ralentissement des gestes et parfois des atteintes intellectuelles.

Ces résultats ont été obtenus à partir d’une étude réalisée auprès de 99 paires de jumeaux dont un seul a développé la maladie. Les chercheurs ont retracé leurs parcours professionnels respectifs et évalué leurs expositions à 6 solvants : le toluène, le xylène, le n‑hexane, trichloréthylène, le perchloroéthylène et le tétrachlorure de carbone. Ils ont ainsi pu mettre en évidence un lien significatif entre l’exposition au trichloréthylène et le risque de survenue de la maladie de Parkinson. L’étude fait également apparaître une augmentation des risques consécutive à une exposition prolongée au perchloroéthylène et, dans une moindre mesure, au tétrachlorure de carbone. En revanche, aucun lien statistique n’a été trouvé pour les 3 autres solvants évalués (toluène, xylène et n‑hexane).

Cet éclairage nouveau vient confirmer la nécessité de prévenir les risques liés à l’utilisation des solvants. La suppression ou la substitution des produits dangereux constitue la méthode de prévention la plus efficace. Si cela s’avère impossible, il est impératif de mettre en place des mesures de prévention collective (captage des polluants à la source, ventilation…). Quand ces mesures sont insuffisantes, les salariés susceptibles d’être exposés doivent être équipés de moyens de protection individuelle. 

Partager cet article

Sur le même sujet