Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Maltraitance - personnes âgées et maladie de Parkinson

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 02/01/2012

0 commentaires

Une étude américaine recommande aux médecins de porter attention aux mauvais traitements des proches

La maltraitance des personnes âgées est un phénomène souvent abordé. En revanche, la maltraitance de patients victimes de la maladie de Parkinson est un objet plutôt rare dans la littérature médicale. Dans cet article publié par la revue américaine Movement desorder, en décembre 2011, deux auteurs, Tahir Nazir et Alexander M. Thomson, abordent le cas de deux patients.

Le premier cas est celui d’une femme de 74 ans dont les tremblements s’accentuent lorsque le mari s’emporte contre elle. Suite à ces constatations, l’équipe soignante a constaté qu’elle faisait l’objet de maltraitance physique et verbale depuis des années. Elle a refusé l’intervention de l’équipe dans ce domaine, cependant elle a fait l’objet d’un suivi pour la maladie de Parkinson (mise en place d’un traitement dopaminergique) et pour sa situation personnelle. 

Le second cas porte sur une femme de 73 ans qui a soulevé elle-même un problème de maltraitance physique et émotionnel de la part de son mari, celui-ci désignant ses symptômes comme la cause de sa colère. 

Ces 2 cas cliniques illustrent la vulnérabilité des patients parkinsoniens face à toutes formes de maltraitance. Chaque patiente a décrit une longue histoire de mauvais traitements physiques et psychologiques précédant le dépistage. Ces formes de maltraitance sont le fait du conjoint qui explique son comportement par les symptômes de son épouse. Mais toute rébellion de la victime accentue les mauvais traitements. 

Les auteurs de l’étude comparent la vulnérabilité des patients parkinsoniens à celle des patients ayant des troubles cognitifs, atteint de psychose ou de démence. 

Ils concluent que les personnels médicaux travaillant auprès de patients parkinsoniens doivent être vigilants sur les situations de maltraitance. Leur détection est un marqueur de qualité de soin et pourrait s’appuyer sur une éducation appropriée et une formation. 

Partager cet article

Sur le même sujet