Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Edito : lutter contre l'âgisme quotidien

Auteur Rédaction

Temps de lecture 3 min

Date de publication 16/01/2012

0 commentaires

Annie de VivieSaluons ces visages ridés, rieurs, penseurs qui envahissent nos écrans. Le film Le sens de l’âge” reste modestement à l’affiche sur Paris quand sort ce mercredi 18 janvier Et si on vivait tous ensemble ?” avec un casting impressionnant : Jane Fonda, Géraldine Chaplin, Guy Bedos, Claude Rich et Pierre Richard.

Les vieux visages, les vieilles personnes s’affichent de plus en plus.
Agevillage​.com leur donne la parole dans sa rubrique Témoign’Ages”. L’enjeu est de partager l’expérience de ces pionniers du grand âge : vivre ensemble quatre voire cinq générations côte à côte dans les familles, les villes, les villages ; rester en contact avec les acteurs de la vie sociale, culturelle ; s’approprier les technologies qui envahissent le quotidien ; vivre ces nouvelles années de vie que les générations antérieures n’ont pas connues mais qui finiront bientôt …

Malgré une espérance de vie qui fait pâlir d’autres continents, devenir vieux reste un tabou collectif. Est-ce que ces vieilles personnes nous rappellent trop notre fragilité, notre finitude ?

L’âge ne fait pas vendre. Les produits cosmétiques martèlent leurs vertus anti-âge” pour les femmes âgées et aussi les hommes aujourd’hui. La rédaction d’Agevillage critique régulièrement ces campagnes de publicité qui surfent sur la peur de vieillir, ces hommes politiques qui comme Martin Hirsch réduiraient volontiers la valeur des droits de vote des plus vieux, ces médias qui accusent les vieux de tous les maux et attisent une guerre des générations”. 

Difficile de valoriser les initiatives des vieilles personnes, des professionnels de la gérontologie qui les accompagnent : les incendies ou maltraitances en maisons de retraite par exemple font plus facilement les Une” des journaux que la valorisation de leurs accompagnements, de leurs réalisations.
La réforme de la mal nommée dépendance” a été bien vite balayée à cause de la crise financière, alors que les attentes et besoins sont bien réels tant du point de vue des personnes âgées concernées, de leurs aidants que des professionnels du secteur.

A ce jour, les candidats à l’élection présidentielle n’ont pas levé le voile sur la fin d’une discrimination flagrante liée à l’âge en France : avant 60 ans, si un handicap survient, on bénéficie de la PCH (prestation spécifique dépendance), bien plus favorable que l’APA (Allocation personnalisée d’autonomie) destinée aux plus de 60 ans. Lever cette discrimination peut sembler trop coûteux” : question de principe républicain, d’arbitrages, d’investissements vers des services utiles et de qualité, vers une société qui ne desespère pas de vieillir.

Afficher son âge, sans gène, sereinement, reste une gageure.
C’est un des engagements personnel auquel nous invite Pascal Champvert, directeur d’établissement et quasi porte-parole de la profession. Il est devenu coach et milite pour une vision pro âge”. Dans son ouvrage Prendre soin de nos ainés, c’est déjà prendre soin de nous”, il nous propose uns réflexion à trois niveaux
- assumer son âge, faire évoluer notre vocabulaire pour parler de notre propre vieillissement (Il fait jeune” pour son âge),
- revoir nos mots (les sigles, les acronymes, le langage peut être maltraitant) et nos attitudes envers les personnes très âgées, fragilisées, malades (dont l’avis doit pouvoir être recueilli jusqu’au bout. Il nous faut acquérir les moyens de rester en relation avec elles)
- s’engager collectivement dans une association par exemple faire progresser la société sur l’attention qu’elle porte aux vieilles personnes, à nous demain donc.

Avec Pascal Champvert, je participe au Collectif une société pour tous les âges” qui va à nouveau interpeller les candidats à l’élection présidentielle 2012 et communiquera leurs réponses.
J’ai aussi participé à la fondation de l’Observatoire de l’Agisme. Notre engagement militant est dépassé par les besoins.
Les enjeux sont importants. Le temps, les moyens manquent malheureusement pour échanger, communiquer, valoriser et convaincre du bien fondé d’une société réconciliée avec son vieillissement.
Toutes les énergies positives sont bienvenues !

Partager cet article

Sur le même sujet