Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Plan Alzheimer 2008 - 2012: tous les objectifs n'ont pas été atteints

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 06/02/2012

0 commentaires

Quelle reconduction après 2012 ?

Lancé en février 2008, le plan Alzheimer 2008 – 2012 est entré dans sa cinquième et dernière année.
Cette initiative lancée à grand renfort de communication par le président Nicolas Sarkozy a atteint de nombreux objectifs : la recherche scientifique a bénéficié de capitaux abondants, les Maisons Alzheimer (MAIA) se sont bel et bien déployé sur le territoire, et la formation gratuite des aidants a bénéficié pour la première fois d’un budget d’actions concrètes sur le terrain. 

Nombreux sont également les objectifs qui n’ont pas été atteint ou qui peinent à se développer.
Parmi eux, le développement et la diversification des structures de répit. « De nombreuses familles éprouvent aujourd’hui encore des difficultés en termes d’accessibilités géographique et financière » estime l’association France Alzheimer qui exige de « lancer au plus vite les appels à projets sur tout le territoire » pour la mise en place « d’établissements spécialisés, dotés d’un personnel formé aux spécificités de la maladie et d’une architecture adaptée pour répondre aux besoins des personnes malades ».

Au plan strictement sanitaire, d’autres faiblesses persistent.
Ainsi, il « faut 22 mois pour diagnostiquer Alzheimer en France. Il ne faut que 12 mois en Allemagne » remarque sur Europe 1 Olivier de Ladoucette, président de la Fondation IFRAD , organisme privé qui soutient la recherche.

Enfin, le plan dépendance” n’ayant pas été adopté, la maladie d’Alzheimer pèse encore trop sur les finances des familles. Prendre en charge un malade coûte, en moyenne, 2.000 euros par mois, dont la moitié est à la charge de ses proches. (Voir l’étude présentée par France Alzheimer sur le reste à charge” en 2011)

En résumé ce plan est perfectible, mais il doit absolument être reconduit en 2012. Les efforts ne doivent pas être relâchés”, concluent France Alzheimer et Olivier de Ladoucette, soulignant l’immensité du dossier : en France, plus de 800.000 personnes sont atteintes de la maladie. Dans 15 ans, les professionnels estiment qu’il y aura deux fois plus de patients, cela représente deux fois la taille d’une ville comme Marseille. 

La fédération nationale des orthophonistes (FNO) a aussi manifesté son mécontentement de n’avoir pas été invité au discours prononcé par Nicolas Sarkozy à l’occasion du quatrième anniversaire du plan Alzheimer. Ce mécontentement serait motivé par l’importance reconnue par la Haute autorité de santé (HAS) du rôle des orthophonistes dans la prise en chage de la maladie d’Alzheimer (aides à la parole).

De son côté l’AD-PA (association des directeurs au service des personnes âgées) salue la parole et l’engagement du président de la République pour améliorer la recherche sur la maladie et la vie des malades (et de leurs proches) mais elle rappelle que le Plan Alzheimer n’a pas bénéficier de moyens supplémentaires mais a bénéficier des crédits des politiques publiques antérieures. 

Partager cet article

Sur le même sujet