Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Les verts s'opposent à la médicalisation de la vieillesse

Auteur Rédaction

Temps de lecture 4 min

Date de publication 13/02/2012

0 commentaires

Le candidat EELV (Europe Ecologie Les Verts) du XIIe canton de Lyon, Patrick Odiard, est intervenu le 8 février dans un débat sur le Grand âge, handicap, perte d’autonomie : peut-on parler de haute qualité du vieillissement ?” avec Bernard Ennuyer sociologue et Claude Volkmar, directeur du CREAI.
De son côté ce 1er février, la porte-parole d’Eva Joly, Michèle Rivasi, a fortement critiqué le report de la réforme de l’aide à l’autonomie par le président Sarkozy. Elle milite pour la prévention des effets iatrogènes des médicaments, qui sont beaucoup trop consommés, où dont le service médical rendu reste à renforcer.

Propos de Mme Rivasi
« Tout comme le plan contre l’Alzheimer, la réforme de la dépendance était annoncée depuis 2007 comme une priorité du mandat du Président de la République, mais la crise des finances publiques l’aurait officiellement enterrée. A l’instar du financement des retraites, on peut constater que Nicolas Sarkozy préfère privilégier les intérêts du privé en offrant ce marché juteux aux sociétés d’assurance et autres fonds de pension, plutôt que raboter certaines niches fiscales qui n’ont pas lieu d’exister.
Pour mieux prendre en charge l’Alzheimer, il faut continuer à mettre à disposition des personnes dépendantes davantage de maisons d’accueil, pour soulager les familles qui n’ont pas la capacité de les prendre en charge. Ces personnes dépendantes représentent un danger pour elles-mêmes quand elles n’en représentent pas pour les autres comme l’ont illustré de nombreux faits divers
 ».
« Les médicaments que l’on prescrits pour la maladie d’Alzheimer ne permettent pas de ralentir l’évolution de la maladie et leurs effets sont même remis en cause. La France est un champion européen de la sur-médication, et cette frénésie finit par nuire à la santé, surtout celle des personnes âgées dont l’organisme réagit moins bien.
Les Français consomment trois fois plus de tranquillisants et d’antidépresseurs que leurs voisins européens et les conséquences s’en font ressentir. Ainsi, une étude publiée dans le numéro d’octobre 2011 du magazine Sciences et avenir) a récemment montré que la consommation chronique de tranquillisants et de somnifères (Valium, Témesta, Xanax, Lexomil, Stilnox, Mogadon, Tranxène, etc.), augmentait le risque d’entrée dans la maladie d’Alzheimer.
Chaque année, en France, 16.000 à 31.000 cas d’Alzheimer seraient ainsi attribuables à ces traitements. Par ailleurs, il faut s’attarder sur les facteurs environnementaux, et prendre en compte l’étude PAQUID menée par l’Inserm en 2010 qui concluait que selon le taux d’aluminium dans l’eau potable on pouvait avoir deux fois plus de risque de développer la maladie d’Alzheimer.
Il est donc grand temps de lever le pied sur la sur-médication du mal-être qui enrichit les industries pharmaceutiques et d’investir prioritairement dans la prévention, pour que demain les charges de la maladie ne pèsent plus sur nos épaules et celles de nos enfants
 ».

Intervention de Patrick Odiard
Vieillesse, handicap et dépendance : un cocktail convergeant ?
Les propositions de Nicolas Sarkozy répondent aux exigences des assurances privées, pas aux besoins des assurés sociaux !
Moins de 20% des personnes de plus de 80 ans sont en situation de « dépendance », de perte d’autonomie devrions nous dire. La volonté affichée par le Gouvernement d’obliger nos concitoyens à prendre des contrats d’assurance individuelle « dépendance » représente un pactole énorme pour les assurances privées, mais aucune garantie de meilleure prise en charge pour ceux qui ont besoin de notre aide actuellement.
C’est bien de la remise en cause du « Contrat Social » qui est à l’œuvre.
Europe Ecologie les Verts, comme les intervenants, est pour la création d’un véritable Cinquième risque » qui soit pris en charge selon les principes fondateurs de la sécurité sociale, à savoir : « tout le monde cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins »,
Pour l’immédiat des pistes de financement existent :
- le Gouvernement pourrait simplement reverser aux Conseils généraux la TVA facturées sur les services médico-sociaux payés par ces mêmes Conseils généraux
- Les entreprises du CAC 40 ont réalisé 86 milliards d’Euros de bénéfice en 2010 ; 10% de ceux-ci permettraient de résoudre le problème.
Vers une convergence des objectifs, une réflexion sur les compétences territoriales
Le principe d’équité doit prévaloir dans la compensation du handicap et de la perte d’autonomie. Les agences régionales de santé (ARS) doivent associer les Départements et ainsi clarifier la question des compétences relatives à chacun, ce que la décentralisation actuelle ne permet pas.
Les Départements pourront ainsi proposer de redéfinir les missions des Maisons Départementales des Personnes Handicapées pour créer des Maisons de l’Autonomie, une convergence des moyens et des coûts pour le handicap et les personnes âgées en situation de dépendance.
Enfin la prévention de l’apparition ou de l’aggravation de situations de handicap/​dépendance relève de l’action du Conseil Général. Europe Ecologie – les Verts travaillera à ce que la nouvelle assemblée départementale produise un schéma de prévention des risques pour réduire les causes du handicap et de la dépendance.
Et une convergence des moyens.
Redéfinir en partenariat les missions de chaque entité permettra de réduire une partie des coûts de fonctionnement. Dans le même temps, le Conseil général devra s’associer avec les CCAS et CIAS afin de proposer un guichet unique aux personnes en situation de handicap ou de dépendance. Cette mutualisation des moyens est essentielle pour plus d’efficacité. Le partenariat entre les Maisons du Rhône et les Antennes Solidarité de la ville de Lyon doit être accentué.
Enfin la coordination du volet prévention santé avec l’Agence Régionale de Santé et la CARSAT (ex Caisse Régionale d’Assurance Maladie) permettra aussi de réduire en amont les risques. Et d’améliorer la vie de nos aînés.
Et cela ne peut se faire qu’en élargissant la solidarité, pas en favorisant l’individualisme et les assurances privées pour ceux qui le pourront !”

Partager cet article

Sur le même sujet