Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Retraite : un sondage montre qu'il est un sujet permanent de préoccupation

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 20/02/2012

0 commentaires

Entre pessimisme et réalisme

Le Cercle des Epargnants a présenté sa dixième enquête, Les Français, l’épargne et la retraite” le 15 février 2012. De ce sondage, il ressort que la retraite, demeure un sujet majeur de préoccupation pour les Français

- 63 % pensent que les pensions diminueront pour ceux qui prendront leur retraite d’ici quelques années.
- Seulement 19 % des Français sont confiants quand ils pensent à la retraite contre 25 % en 2011 et 26 % en 2008.
- Les Français semblent admettre que la pérennité du système de retraite imposera de nouveaux efforts
- La réforme des retraites ) de 2010 s (report de 60 à 62 ans de l’âge légal de départ à la retraite) semble actée par les Français
- L’âge légal à 65 ans pourquoi pas ? 58 % des sondés estiment que ce report sera nécessaire d’ici une dizaine d’années contre 30 % en 2011.

EPARGNER POUR LA RETRAITE,
- 53 % des sondés déclarent épargner pour leur retraite contre 54 % en 2011.
- Ce sont les 2534 ans qui déclarent le plus épargner (59 %) devant les 3549 ans (56 %).

DES EPARGNANTS FOURMIS FACELA CRISE
- Les Français, à 52 %, n’ont pas, en effet, l’intention, en 2012, de puiser dans l’épargne, ni d’accroitre leur effort d’épargne.
 — 83 % des sondés n’ont pas l’intention de souscrire un Plan d’épargne en actions contre 26 % pour les Livrets A.

QUELS PLACEMENTS ?
- En période de crise, les Français plébiscitent les valeurs sûres : l’immobilier, le Livret A et l’assurance vie.
- Les Français ne veulent pas une remise en cause de la fiscalité de l’assurance-vie
- En cette période de chasse aux niches fiscales, 41 % des sondés sont favorables au maintien des dispositifs en faveur de l’épargne à long terme (PEA, assurance-vie…) et 26 % au maintien des avantages fiscaux en faveur de l’épargne à court terme.
- 90 % des Français sont pour le maintien du régime en faveur de l’assurance-vie et 82 % pour celui en faveur du PERP.

PAS DE DIVORCE ENTRE LES FRANÇAIS ET L’ASSURANCE-VIE

- La retraite reste le premier motif d’épargne dans le cadre d’un contrat d’assurance-vie. 51 % des détenteurs d’un tel contrat mettent en avant ce motif devant la constitution d’une réserve d’argent pour aider sa famille (40 %) et la préparation de sa succession (26 %).
- La motivation « retraite » arrive en tête pour toutes les classes d’âge sauf pour les plus de 60 ans qui sont par nature à la retraite.
- 85 % des détenteurs de contrats d’assurance-vie n’entendent pas effectuer de rachats dans les prochains mois.

Partager cet article

Sur le même sujet