Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Maladie d'Alzheimer : la journaliste britannique Fiona Philips s'en prend aux tranquillisants

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 27/02/2012

0 commentaires

Ses deux parents étaient victimes de la même maladie

Fiona Phillips, une journaliste star de la télévision britannique, accuse les calmants et autres antipsychotiques, d’avoir accéléré le décès de son père atteint de la maladie d’Alzheimer. .

La journaliste Fiona Philipps qui milite en Angleterre, pour une meilleure prise en charge des personnes âgées, affirme que les médecins ont donné des sédatifs trop puissants à son père, Neville, 77 ans. Ces médicaments auraient « écrasé sa personnalité et fait de lui une épave ».

Fiona Phillips a été le soutien de ses parents, Amy et Neville, pendant 14 longues années, tous deux étant frappés par la maladie d’Alzheimer. 

Au moment où sa mère est décédée en mai 2006, son père était déjà fortement handicapé par la même maladie. « J’ai été en deuil de mes deux parents pendant des années et des années,” a déclaré la journaliste âgée de 51-ans. Ils ont cessé d’être les personnes avec lesquelles j’ai grandi depuis longtemps. Maman était âgée de cinquante ans quand ses souffrances ont commencé et papa était âgé lui de 60 ans ». 

« Je suis tellement en colère de la façon dont mon père a été traité. Dans ses dernières semaines, il était tellement assommé par les médicaments que son pauvre corps ne pouvait pas faire face”.

Ils (les médecins) lui ont volé son rire, puis son sourire, et je suis absolument furieuse à ce sujet. Puis ils lui ont volé sa vie. Ma colère est tellement forte qu’elle m’empêche de dormir ».

Sans les médicaments puissants qu’ils ont utilisés pour le calmer, il aurait pu avoir encore quelques années devant lui ».

Les médias britanniques ont fortement relayé les protestations de Fiona Philipps. 

Partager cet article

Sur le même sujet