Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Perte de la vision, troubles du sommeil, désocialisation : un déficit de lumière bleue en cause

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 05/03/2012

0 commentaires

Préserver le rythme circadien jour nuit”

Dormir moins, moins bien et voir moins bien sont des phénomènes constatés dans l’avancée en âge. Selon une récente étude, les deux seraient liés. Rien d’étonnant, explique Christophe Orssaud dans Le Nouvel Observateur médecin ophtalmologiste, qui souligne que, plus généralement, la vue qui baisse a des répercussions sur l’ensemble de notre état physiologique.
Une étude publiée dans le British Journal of Ophtalmology” souligne qu’avec l’âge, le cristallin – la lentille placée à l’intérieur de l’œil – jaunit, ce qui va diminuer l’absorption de la lumière bleue. Or l’œil est l’organe privilégié pour se caler sur l’alternance jour/​nuit.

Avec l’âge, le jaunissement du cristallin s’accompagne souvent d’une dégénérescence maculaire, (DMLA). Ce vieillissement physiologique de l’œil est un facteur aggravant de perte de repères, de désorientation spatio-temporelle et de désintérêt pour la vie sociale. Plus que la vision elle-même, ce sont les actions qui lui sont liées qui posent problème et ce d’autant plus que l’on vit dans une société où l’image est au centre de tout. Par exemple, lorsqu’une personne voit moins bien, elle va moins lire le journal ou regarder la télévision ; elle pourrait alors ne plus s’intéresser à ce qu’il se passe dans la vie politique est-il précisé. 

Le cerveau a plusieurs entrées potentielles (auditives, tactiles ou visuelles), si on lui en retire une, il ne fonctionne plus normalement. Àlors qu’à 20 ans, il est possible de s’y habituer et de compenser pour reconstituer l’environnement avec les autres sens, à 60 il est bien plus difficile de se réadapter. 

Privilégier désormais des implants qui laissent passer la lumière bleue. Pour prévenir les effets délétères de la lumière sur la macula et tenter de prévenir la DMLA, les implants utilisés jusqu’à présent lors des interventions de la cataracte bloquaient les rayons ultra-violets ou la lumière bleue. Il faut désormais réfléchir à privilégier les implants qui laissent passer la lumière bleue, de façon à préserver le rythme circadien et à recaler” ces personnes âgées opérées, signale Le Nouvel Observateur.

Veiller à revevoir une lumière suffisante. Cette étude sur le vieillissement de la vue et le désynchronisme circadien ouvre la voie à une réflexion sur l’éclairement au quotidien, voire à la réalisation d’études portant sur la luminothérapie. Rappelant que les néons et les halogènes n’apportent pas un éclairage convenable, il est spécifié que de marcher en plein air fait du bien surtout lorsque l’on a tendance à vivre dans des intérieurs insuffisamment éclairés.

En savoir plus avec Le Nouvel Observateur

Partager cet article

Sur le même sujet