Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Un nouveau test approuvé aux Etats Unis pour détecter la maladie d'Alzheimer

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 10/04/2012

0 commentaires

Mieux sélectionner les patients pour les essais cliniques

Un test développé par Eli Lilly pour détecter la présence de protéines dans le cerveau liées à la maladie d’Alzheimer a été approuvé vendredi 6 avril par l’agence sanitaire américaine, la Food and Drug Administration (FDA).

Le test utilise un produit chimique appelé florbetapir, connu sous le nom de marque Amyvid. Il s’agit d’un agent radioactif capable de reconnaitre les plaques amyloïdes, caractéristiques de la maladie d’Alzheimer. Le produit chimique coûte 1600 dollars par dose (1300 euros). Il est détecté après ingestion par des techniques d’imagerie médicale.

Ce test est destiné aux patients souffrant de déclin cognitif. Il permet de dire si ce déclin est un symptôme de la maladie d’Alzheimer ou si une autre cause doit être recherchée.

Cet agent chimique ne peut pas être utilisé pour diagnostiquer une personne sans perte de mémoire, car la présence de la substance amyloïde dans le cerveau peut avoir une autre signification. En effet, une personne en bonne santé cognitive peut avoir de grandes quantités d’amyloïde dans le cerveau, indique Denise Park, directeur du Centre pour la longévité de l’état civil à l’Université du Texas à Dallas.

Les médecins estiment aujourd’hui que l’incapacité à diagnostiquer les patients dans les premiers stades de la maladie d’Alzheimer a entravé la recherche. Les essais cliniques de molécules nouvelles ont échoué parce que les patients inscrits dans ces études souffraient de symptômes trop avancés pour que les traitements soient efficaces.

Un test fiable permettra d’accélérer la recherche en aidant à identifier avec précision les patients à haut risque de développer la maladie pour mieux les inscrire dans les essais thérapeutiques.

L’agence sanitaire américaine, la FDA, avait refusé d’approuver le composé voila un an parce qu’elle n’était pas sure de la capacité des médecins à interpréter avec précision les résultats de l’analyse. Lilly a travaillé avec la FDA et des experts pour élaborer des programmes de trois heures de formation en ligne pour les médecins.

Partager cet article

Sur le même sujet