Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Personnes âgées -Consommer des omega 3 pour éviter la dépression ?

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 07/05/2012

0 commentaires

Des apports insuffisants en acides gras polyinsaturés de type oméga‑3 sont associés à des problèmes de santé très divers. Si les répercussions cardiovasculaires sont les mieux documentées, des effets sur le comportement, l’humeur et les performances intellectuelles ont également été décrits.

Il semble toutefois bien difficile de dire si les effets bénéfiques cognitifs observés au cours d’essais de supplémentation résultaient d’une simple correction d’une carence ou d’une réelle amélioration des performances consécutive à une action potentialisatrice de ces acides gras sur les capacités intellectuelles.

Une certaine catégorie de patients semble pouvoir bénéficier des bienfaits d’un apport suffisant en acides gras de type oméga‑3, comme viennent de le confirmer les résultats d’une étude réalisée chez des seniors en phase de guérison après un épisode de dépression majeure.

Des prélèvements sanguins avaient été effectués afin de mesurer les concentrations érythrocytaires et plasmatiques en acide gras oméga‑3 chez les 132 participants qui avaient également bénéficié d’une batterie de tests cognitifs. Alors qu’aucune corrélation n’était observée entre les concentrations circulantes en acides gras et les performances cognitives, une relation positive a été retrouvée entre la concentration membranaire des érythrocytes en acides oméga‑3 totaux et en acide alpha-linolénique pour plusieurs tests cognitifs.

C’est en particulier la mémoire à court terme qui était améliorée chez les personnes qui avaient été victimes d’épisodes dépressifs à répétition. Une concentration anormalement basse en acides gras de type oméga‑3 au niveau érythrocytaire chez les seniors sujets à une dépression récurrente pourrait constituer un marqueur de risque de déclin cognitif.

Publié en Avril 2012
Auteur : Bertrand Denis — Hôpital Sainte-Périne, Paris
Références : Chiu C‑C et al. Am J Clin Nutr. 2012;95:420 – 427

Partager cet article

Sur le même sujet